2 min de lecture Martine Aubry

Comment les aubryistes veulent reconstruire la gauche malgré leur opposition à François Hollande et Manuel Valls

ÉCLAIRAGE - Le clan rapproché de Martine Aubry organise sa propre université d'été et creuse l'écart avec la gauche incarnée par l'exécutif.

Martine Aubry et Manuel Valls en 2011
Martine Aubry et Manuel Valls en 2011 Crédit : JOEL SAGET / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

Se désolidariser du PS de Valls et Hollande coûte que coûte ? C'est en tout cas le message que semble une nouvelle fois lancer le clan rapproché de Martine Aubry. Selon une information RTL, le clan des aubryistes, déterminé à réinventer une gauche réunifiée, préparerait sa propre université d'été. Celle-ci pourrait se tenir avant même le rassemblement estival des cadres du PS, prévu du 26 au 28 août à Nantes. Ce nouveau rendez-vous devrait être l'occasion de passer à l'offensive pour amorcer cette nouvelle gauche.

Du côté des proches de Martine Aubry, on prône toutefois l'unité. C'est d'ailleurs à ce titre que cette branche du PS a refusé de signer la motion de censure de la gauche à l'égard du passage en force de la loi Travail à l'Assemblée avec l'utilisation du 49.3 voulue par Manuel Valls. "Il y avait un vrai risque de scission avec cette motion et je ne suis pas pour", expliquait ainsi le proche de la maire de Lille, François Lamy, à l'antenne de RTL.

Rassembler aubryistes et écologistes

Tandis que l'écart se creuse, le camp de Martine Aubry compte bien jouer un rôle réunificateur, malgré les mésententes régulières avec les décisions de François Hollande et Manuel Valls. Selon nos informations, les Aubryistes pourraient s'associer à l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot pour fonder ce qui pourrait s'appeler, selon le Figaro, l"Université citoyenne de la gauche et des écologistes". Cette réunion serait prévue pour juillet ou septembre.

Un rapprochement avec les écologistes n'aurait rien de surprenant. D'abord, elle permettrait à ces deux branches de la gauche, parfois rebelles, de peser un peu plus sur la majorité. "Nous avons de la crédibilité pour rassembler à gauche et nous l'avons prouvé, sans rien concéder pour autant de notre éthique", a lancé Jean-Marc Germain, député PS des Hauts-de-Seine et fidèle de Martine Aubry, au Figaro. Ensuite, des opérations séductions entre le camp aubryiste et le camp écologiste ont déjà existé. En 2011, Jean-Vincent Placé avait ouvertement soutenu la candidature de Martine Aubry à la primaire socialiste. Dans le même temps, la maire de Lille, alors candidate à la primaire socialiste, se rapprochait de Cécile Duflot pour parvenir à une alliance en cas de victoire de la gauche en 2012.

À lire aussi
Martine Aubry lors d'un discours à Lille le 3 août 2018 élections municipales
Municipales à Lille : Martine Aubry annoncera sa décision "fin septembre"

"Trop c'est trop" ? Après avoir laissé éclater sa grogne à l'égard du gouvernement dans une tribune virulente hébergée dans Le Monde en février, Martine Aubry semble vouloir jouer la carte de l'apaisement et de l'intérêt collectif. Fortifié, son camp semble plus que jamais déterminé à passer à l'action et à organiser, autour de lui, la relève de la gauche.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Martine Aubry Gouvernement Université d'été PS
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants