1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Christiane Taubira, l'ennemie politique numéro un
3 min de lecture

Christiane Taubira, l'ennemie politique numéro un

DÉCRYPTAGE - La ministre de la Justice fait l'unanimité contre elle chez ses adversaires politiques et s'est transformée en cible privilégiée pour toute une frange de l'opposition.

Manuel Valls, George Pau-Langevin, Christiane Taubira, le 10 mai 2014.
Manuel Valls, George Pau-Langevin, Christiane Taubira, le 10 mai 2014.
Romain Renner
Romain Renner

Une polémique de plus pour Christiane Taubira. En n'entonnant pas La Marseillaise lors des cérémonies de commémoration de l'abolition de l'esclavage, la ministre de la Justice a provoqué l'ire de certains dirigeants du Front national et de l'UMP.

Une colère qu'elle n'apaisera pas en déclarant, sur Facebook, que "certaines circonstances appellent davantage au recueillement… qu’au karaoké d’estrade". Si Jean-François Copé se dit "profondément choqué" par l'attitude de la garde des Sceaux, Marine Le Pen appelle, elle, à son limogeage sans autre forme de procès. Une situation qu'elle ne connaît que trop bien.

Des critiques

Les dossiers portés par la ministre sont autant de cibles faisant d'elle une proie aux critiques de l'opposition... voire de ses collègues. La réforme pénale attise depuis de nombreux mois la colère de la droite, prompte à réclamer la démission de Christiane Taubira.

Le député-maire de Nice, Christian Estrosi, ira même jusqu'à préparer une pétition "pour que le gouvernement renonce à son projet de réforme pénale et adopte l’abaissement de la majorité pénale à 16 ans". Mais l'opposition n'est pas la seule à s'être dressée contre à la garde des Sceaux sur ce dossier sensible.

À écouter aussi

Manuel Valls a, lui aussi, exprimé de fortes réserves à propos du travail de sa collègue. Dans une note rédigée à l'intention de François Hollande, le ministre de l'Intérieur réclamait un arbitrage entre sa volonté et celle de Christiane Taubira. Un affrontement qui avait d'ailleurs tourné à l'avantage de la ministre de la Justice, amenant Jean-Marc Ayrault à parler d'une "faute contre le collectif" commise par celui qui l'a, depuis, remplacé à Matignon.

Du racisme

Symbole de la légalisation du mariage homosexuel, Christiane Taubira a fait les frais de son engagement. Incarnant la lutte pro-mariage pour tous, la ministre a essuyé de très nombreuses critiques ainsi que des attaques racistes.

Christiane Taubira en gorille
Christiane Taubira en gorille
Crédit :

La première d'entre elles sera commise par Anne-Sophie Leclere, candidate FN lors des municipales à Rethel (Ardennes), qui la compare à un singe dans un photomontage diffusé sur Facebook. Exclue par son parti, la jeune femme inspirera une frange des anti-Taubira, fortement enclins à reprendre le flambeau.

Ainsi Minute publiera-t-il une couverture barrée du titre "Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane". Une publication qui amènera l'hebdomadaire à comparaître devant le tribunal correctionnel. Dans un cas comme dans l'autre, les personnes incriminées nieront tout racisme et revendiqueront le droit à l'humour et à la satire.

Un humour auquel goûteront quelques manifestants anti-mariage pour tous au rang desquels figureront l'auteur - de sa propre initiative - d'une affiche représentant Christiane Taubira sous les traits d'un gorille géant et une adolescente de douze ans qui s'était fendue d'un "Une banane pour la guenon" sur son passage.

Des mensonges

Dernière polémique en date avant le refus d'interpréter La Marseillaisel'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy avait offert un nouvel angle d'attaque à la droite. Affirmant ne pas avoir été prévenue du placement sur écoute de l'ancien chef d'Etat, la ministre avait été contredite dès le lendemain par Jean-Marc Ayrault.

"J'admets que je me suis trompée de date mais je ne mens pas", s'est-elle alors défendue. Insuffisant pour l'UMP, une nouvelle fois amenée à réclamer... sa démission.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/