3 min de lecture Politique

Chauffeur tué à Bayonne : il faut "réaffirmer l'autorité", dit Darmanin

Le ministre de l'Intérieur dénonce des "actes barbares qui n'ont aucune excuse" à propos du chauffeur de bus tué à Bayonne.

>
Chauffeur tué à Bayonne : il faut "réaffirmer l'autorité", dit Darmanin Crédit Image : Thomas SAMSON / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
Chloé
Chloé Richard-Le Bris et AFP

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a envoyé samedi 11 juillet un message de fermeté à Bayonne, où un chauffeur de bus est mort lors d'une agression, affirmant que "la solution c'est de réaffirmer l'autorité".

"Ce n'est pas un simple fait divers", a ajouté le ministre devant la presse, dénonçant "des actes barbares qui n'ont aucune excuse". "Jamais comme ministre de l'Intérieur, jamais le Président et le Premier ministre ne pourront laisser se banaliser une violence gratuite, inacceptable". Il s'agit, a-t-il ajouté, d'un "problème intrinsèque de la société française".


Gérald Darmanin a expliqué qu'il avait demandé au préfet des Pyrénées-Atlantiques de réunir les élus locaux, les parlementaires et les sociétés de transport pour dégager des solutions sur la sécurité. À son arrivée à Bayonneil a d'abord rencontré la famille du chauffeur de bus décédé vendredi. 

RTL a pu interroger la femme du défunt : "Ça nous donne une force supplémentaire de se battre (…). C’est de la barbarie, ce n’est pas normal, il faut arrêter ce massacre. C’est arrivé chez nous, ça nous a détruit, ça a détruit Philippe…Tellement de choses que, voilà, maintenant il faut absolument maintenant taper du poing sur la table et que ça ne se reproduise surtout plus (…). Je veux faire confiance à la justice en demandant la peine exemplaire. Le message a été reçu, je pense qu’on a été écouté et entendu."

À lire aussi
Un Rafale français sur le porte-avion Charles-de-Gaulle le 22 novembre en Méditerranée orientale. politique
Tensions en Méditerranée orientale : 3 questions pour tout comprendre


Il s'est ensuite rendu à la mairie de la cité basque et à la sous-préfecture pour y rencontrer les élus et représentants de l'État avant de s'entretenir avec des conducteurs du réseau local Chronobus.

La victime était père de trois enfants

La famille de Philippe Monguillot avait annoncé vendredi soir le décès de ce chauffeur de 59 ans, en état de mort cérébrale depuis son agression. Père de trois filles, âgées de 18 à 24 ans, Philippe Monguillot été victime d'une agression "d'une extrême violence", roué de coups et grièvement blessé à la tête alors qu'il voulait contrôler le ticket d'une personne et exigeait le port du masque pour trois autres passagers, selon le parquet de Bayonne.

Deux hommes âgés de 22 et 23 ans et connus des services de police se trouvent en détention provisoire. Ils ont été mis en examen pour "tentative d'homicide volontaire", une incrimination qui doit être requalifiée en "homicide volontaire sur un agent de réseau de transports publics" à la demande du parquet. Deux complices, dans la trentaine, ont été écroués cette semaine pour "non assistance à personne en danger".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Faits divers Gérald Darmanin
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants