3 min de lecture Environnement

Changement climatique : les OGM peuvent-ils aider les pays en développement ?

ÉCLAIRAGE - Bill Gates a annoncé un investissement de 300 millions d'euros pour la recherche de nouvelles semences capables de résister aux aléas dus au réchauffement climatique.

Des femmes congolaises et leurs enfants travaillent dans un champ à Tshikapa dans la région du Kasai en République démocratique du Congo.
Des femmes congolaises et leurs enfants travaillent dans un champ à Tshikapa dans la région du Kasai en République démocratique du Congo. Crédit : Junior D. KANNAH / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

"Il ne faut pas diaboliser les OGM". C'est en substance le message adressé par Bill Gates, au micro de RTL mardi 12 décembre. Invité du One Planet Summit organisé par Emmanuel Macron à Paris, le milliardaire a annoncé un investissement à hauteur de 300 millions d'euros à destination des "agriculteurs défavorisés" des pays en développement. 

Le but : éviter les problèmes de malnutrition et de famille en leur fournissant de nouvelles semences issues d'organismes génétiquement modifiés (OGM) plus résistantes aux aléas climatiques - sécheresses, inondations - provoqués par le réchauffement de la planète.

Une fausse solution selon Christophe Noisette, membre fondateur du site internet Inf'OGM joint par RTL.fr. Au de-là des questions environnementales et sanitaires, “Ça ne sert à rien de bombarder ces pays d’OGM, sans qu’il y ait le savoir-faire, les intrants chimiques et les techniques qui vont avec, explique-t-il, et les OGM ne font rien pousser dans le désert malgré les promesses qu'on nous vend depuis vingt, trente ans."

À lire aussi
Le cadavre d'un Fou de Bassan mazouté retrouvé sur la plage de Lège-Cap-Ferret, en 2003. (illustration) pollution
"Grande America" : deux oiseaux mazoutés retrouvés sur des plages du Sud-Ouest

Il vaut mieux développer une agriculture paysanne - car elle existe. Les habitants de ces pays la connaissent, ils en ont les moyens et on les empêche de travailler avec leurs propres techniques”, poursuit-il.

Les Nobels en faveur des OGM

Pourtant depuis quelques années le monde scientifique se mobilise en faveur de la recherche dans le domaine des OGM pour nourrir les populations des pays les plus pauvres. "Combien de personnes dans le monde mourront avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité ?" interrogeaient ainsi 129 prix Nobel dans une lettre ouverte publiée en 2016. 

Adressées aux gouvernements du monde entier, la lettre exhortait les leaders internationaux à "accélérer l'accès des agriculteurs aux outils de la biologie moderne, particulièrement les graines améliorées par la biotechnologie", et particulièrement de désavouer les campagnes anti-OGM de Greenpeace

À l'époque, l'association de défense de l'environnement étaient en croisade contre les cultures de riz doré, un riz génétiquement modifié pour combler les carences nutritionnelles de certaines populations africaines en vitamine A.

C'est un moyen de gagner du temps pour la recherche"

Michel Dron, professeur émérite de biologie végétale à l'université Paris-Saclay
Partager la citation

"Les biotechnologies, incluant les plantes génétiquement modifiées, sont des technologies qui apportent un certain nombre de potentiels", assure Michel Dron, professeur émérite de biologie végétale à l'université Paris-Saclay joint par RTL.fr. Selon lui, les OGM sont "un moyen parmi d'autres d'avancer".

À cet égard, la culture du manioc évoquée par Bill Gates dans son interview à RTL est emblématique. "Ressource de base essentielle" pour la plupart de la population dans les pays d'Afrique, ce féculent est sujet à une maladie virale qui en jaunit les feuilles et le rend incomestible. 

Une solution trouvée a été de lui injecter le virus en question afin de le "vacciner". "Dans ce contexte-là, la biotechnologie apporte une réponse à une situation devenue préoccupante", explique Michel Dron qui assure qu'il ne connaît aucune alternative à cette problématique.

Seul bémol : la mutation du virus. "Il est probable qu’il y ait une nouvelle souche du virus. Cela donne un temps de répit, et de trouver des nouvelles solutions, c’est un moyen de gagner du temps pour la recherche", justifie Michel Dron. 

"C'est une fuite vers l'avant", réagit Christophe Noisette pour qui cela ne va conduire qu'à "trouver un 'supermanioc 2' qui coûtera plus cher".

La solution technologique est une manière de masquer les problèmes politiques”

Christophe Noisette, fondateur du site Inf'OGM
Partager la citation

“On est dans un schéma action/réaction”, analyse Christophe Noisette qui considère que le problème fondamental n'est pas simplement agronomique. "La solution technologique est une manière de masquer les problèmes politiques, car si l’on prend la carte du monde des zones de famine famine les plus importantes, elle recoupe la carte de celles des guerres, des dictatures, et autres instabilités politiques".

Par ailleurs, Christophe Noisette souhaite plutôt encourager les pays en développement à développer leur propre marché agricole. "Dans certains pays d'Afrique, la production agricole pourrit sur place car il y a des problèmes d’infrastructures et des pertes à tous les niveaux car il n’y a pas de transport, pas de filière”.

Selon lui il est nécessaire de promouvoir une agriculture paysanne centrée sur la diversité des cultures. "Plus on diversifie les cultures et les variétés au sein d'une espèce sur une même terre plus on crée une complexité qui affaiblit les parasites, explique-t-il. On peut alterner par exemple la culture du manioc avec la culture de banane plantin". Au contraire, "les OGM c’est le degré zéro de la diversité”, conclut-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Ogm Bill Gates
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791428515
Changement climatique : les OGM peuvent-ils aider les pays en développement ?
Changement climatique : les OGM peuvent-ils aider les pays en développement ?
ÉCLAIRAGE - Bill Gates a annoncé un investissement de 300 millions d'euros pour la recherche de nouvelles semences capables de résister aux aléas dus au réchauffement climatique.
https://www.rtl.fr/actu/politique/changement-climatique-les-ogm-peuvent-ils-aider-les-pays-en-developpement-7791428515
2017-12-15 08:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/NXrdDstGbQXCloqf_9eDUQ/330v220-2/online/image/2017/1214/7791430687_des-femmes-congolaises-et-leurs-enfants-travaillent-dans-un-champ-a-tshikapa-dans-la-region-du-kasai-en-republique-democratique-du-congo.jpg