2 min de lecture Cgt

CGT : la candidature de Martinez rejetée, la CGT en crise

Le "parlement" de la CGT a rejeté la candidature de Philippe Martinez et lui a demandé de présenter une nouvelle liste.

Philippe Martinez à Montreuil, le 13 décembre 2013.
Philippe Martinez à Montreuil, le 13 décembre 2013. Crédit : DANIEL MAUNOURY / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La confusion règne au sein de la CGT. Empêtrée dans la crise, le syndicat n'a toujours pas de secrétaire général, après le rejet mardi 14 janvier de la liste de direction présentée par Philippe Martinez, qui comptait plusieurs proches du sortant Thierry Lepaon. Le "parlement" de la CGT l'a chargé de présenter d'ici un mois une nouvelle équipe.

Le numéro un de la fédération de la métallurgie et l'équipe qu'il avait présentée n'ont pas obtenu les deux tiers de mandats nécessaires. Sur les 701 voix disponibles, 57,5% ont voté pour, 41,6% contre et 1% se sont abstenus.

De nombreux proches de Lepaon sur la liste de Martinez

Cette liste comprenait de nombreux proches de Thierry Lepaon, contraint à la démission mercredi dernier après les révélations sur son train de vie, qui avaient suscité la colère des militants et des cadres. Les membres du Comité confédéral national (CCN), composé de 33 fédérations et 96 unions départementales, étaient réunis toute la journée à huis clos au siège de la centrale à Montreuil, près de Paris.

Ils ont "confié à Philippe Martinez, pressenti pour être le futur secrétaire général de la CGT, le pilotage d'un collectif chargé de présenter une nouvelle proposition de bureau confédéral lors de la prochaine réunion du CCN les 3 et 4 février", indique la CGT dans un communiqué.

Pas de Congrès extraordinaire pour dénouer la crise

À lire aussi
Philippe Martinez cgt
Coronavirus : Martinez demande à Macron d'augmenter le Smic et d'interdire les licenciements

Par ailleurs, le CCN a exclu la tenue d'un Congrès extraordinaire pour dénouer la crise, une solution réclamée par quelques fédérations. Le "parlement" a décidé de "tenir le prochain congrès de la CGT à la date prévue, au printemps 2016".

Philippe Martinez, ancien de Renault Boulogne-Billancourt, la cinquantaine, dirige depuis 2008 la Fédération des métaux (la troisième de la CGT).

Martinez desservi par le soutien de LePaon

Le vote du CCN est un nouveau camouflet pour Thierry Lepaon. Après sa démission du poste de numéro un, il était resté membre de la commission exécutive, direction élargie, et avait gardé la main sur le choix de son successeur et de son équipe, au grand dam d'une partie de l'organisation.

L'intrusion de Thierry Lepaon dans le processus de désignation et la présence de ses soutiens dans l'équipe proposée ont desservi le métallurgiste qui, pourtant, avait lui-même pris position pour la démission de Thierry Lepaon.

Le CCN a eu la "lucidité" de rejeter la candidature de Martinez

"Malgré le chantage au chaos, le CCN a eu la lucidité de rejeter une proposition qui n'était pas de nature à rassembler la CGT", a estimé une source interne. Selon elle, Philippe Martinez devra "ouvrir largement son équipe à ceux qui ont agi pour arrêter la dérive" de Thierry Lepaon et "ne pas composer" avec ses proches.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cgt Thierry Lepaon Syndicats
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants