3 min de lecture Territoire

Centres-villes : 4 questions pour comprendre comment Macron veut les réveiller

ÉCLAIRAGE - Le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, a dévoilé le nom des 222 communes qui bénéficieront d'un plan de revitalisation sur cinq ans.

Le centre-ville d'Alès dans le Gard,considéré comme une ville moyenne
Le centre-ville d'Alès dans le Gard,considéré comme une ville moyenne Crédit : SYLVAIN THOMAS / AFP
109127536140888961261
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Priorité aux "cœurs de ville". Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, a dévoilé à Châtellerault (Vienne), mardi 27 mars, le nom des 222 communes de taille moyenne qui bénéficieront de son plan de revitalisation des centres-villes. Cinq milliards d'euros vont être injectés sur cinq ans pour ramener notamment des habitants et des commerces dans les cœurs de ville désertés.

Sur les 5 milliards d'euros mobilisés, 1 milliard proviendra "de la Caisse des dépôts en fonds propres, 700.000 euros en prêts, 1,5 milliard d'euros d'Action Logement et 1,2 milliard d'euros de l'ANAH", l'Agence nationale de l'habitat. 

"Aucun gouvernement - depuis l'ère Valéry Giscard d'Estaing - n'avait fait de plan spécifique pour ces villes." "Ce plan va donner un nouveau souffle à nos villes", se réjouit Caroline Cayeux. Nos pôles de centralité irriguent les communes rurales, c'est du gagnant-gagnant."

À lire aussi
Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, en juillet 2017 à Paris société
Rapport Borloo sur les banlieues : "Un enjeu national", estime Jacques Mézard sur RTL

1. Quelles sont les villes moyennes retenues ?

Figurent notamment dans ce plan les communes de Douai, Voiron (Isère), Lorient, Troyes, Colmar, Limoges, Mont-de-Marsan, Avignon, Perpignan ou encore Beauvais, dont est maire Caroline Cayeux (Les Républicains). Contactée par RTL.fr, la présidente de l'association d'élus Villes de France souligne d'abord le caractère inédit de ce programme.

Les villes moyennes, principalement de 30 à 50.000 habitants - l'échelle a été élargie de 15.000 à 100.000 habitants pour le plan - concentrent 23% de la population et 26% de l'emploi, tout en étant confrontées à d'importantes difficultés sociales. Nombre d'entre elles comptent de nombreux locaux commerciaux vacants et voient leur centre se vider après 19h.

2. 5 milliards d'euros, pour quoi faire ?

Dans le détail, le programme vise notamment à acquérir et réhabiliter des logements, améliorer leur performance énergétique, "développer une nouvelle offre commerciale en centre-ville et rééquilibrer les conditions d'implantation avec la périphérie", a expliqué Jacques Mézard, mardi 27 mars. "Action cœurs de ville" entend également "accompagner les commerçants dans la transition numérique" et simplifier leurs démarches d'implantation en centre-ville.

Les premières mesures visent "plus globalement à améliorer les conditions de vie des habitants et conforter le rôle de ces villes comme moteur de développement du territoire à une échelle régionale, en complément des métropoles".

Les projets des communes seront validés dans trois mois. Les premières réalisations, elles, débuteront dans 18 mois. Les maires feront le bilan à la fin du quinquennat.

3. Qu'est-ce que ça va changer pour Beauvais ?

Concrètement, ce plan permettra à la Ville de Beauvais de "requalifier une rue donnant accès à un centre commercial de centre-ville", note Caroline Cayeux. La maire Les Républicains espère aussi "recruter un manager de centre-ville", a-t-elle ajouté sur France Inter.

4. Comment le centre-ville d'Haguenau résiste aux commerces périphériques ?

Depuis des années, les commerçants des centres-villes souffrent de la concurrence des grandes zones installées en périphérie.

Le constat se mesure en termes de vacance commerciale, qui équivaut au pourcentage des commerces fermés. France Culture explique qu'"à 5% on est dans le frottement conjoncturel. Au-dessus, il y a un problème." Le rapport note que le taux de vacance moyen (établi sur un panel de 190 villes en France) est passé de 6,1% en 2001 à 10,4% en 2015. Cette même année, 55% des communes analysées ont un taux supérieur à 10%, contre seulement 27% dans les grandes villes.

À Haguenau (Bas-Rhin), les commerçants ont développé une stratégie de fidélisation de la clientèle, comme ils le racontent à RTL. Pour les aider, la mairie a opté pour un stationnement à barrière payant à partir de la première heure. L'objectif : permettre aux clients des commerces du centre-ville de trouver une place de parking plus facilement.

>
Comment le centre-ville d'Haguenau résiste aux commerces périphériques ? Crédit Image : Kervin Portelli | Crédit Média : Yannick Olland | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Territoire Emmanuel Macron Oise
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792792484
Centres-villes : 4 questions pour comprendre comment Macron veut les réveiller
Centres-villes : 4 questions pour comprendre comment Macron veut les réveiller
ÉCLAIRAGE - Le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, a dévoilé le nom des 222 communes qui bénéficieront d'un plan de revitalisation sur cinq ans.
https://www.rtl.fr/actu/politique/centres-villes-4-questions-pour-comprendre-comment-macron-veut-les-reveiller-7792792484
2018-03-28 15:27:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/KL1AYzIamPQ5KHl7cyJq8w/330v220-2/online/image/2016/1208/7786180592_le-centre-ville-d-ales-dans-le-gard.jpg