2 min de lecture Brigitte Macron

Brigitte Macron : comment l'Élysée désamorce la polémique sur son statut

ÉCLAIRAGE - Christophe Castaner a martelé que Brigitte Macron "n'a et n'aura aucune rémunération pour son action et pourtant elle est omniprésente aux côtés de son conjoint".

Brigitte et Emmanuel Macron, le 25 juillet 2017
Brigitte et Emmanuel Macron, le 25 juillet 2017 Crédit : JULIEN DE ROSA / EPA / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Dès la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait affirmé qu'il rendrait le statut de première dame plus transparent. Depuis quelques semaines, des voix s'élèvent afin de contester cette démarche. Une pétition en ligne, lancée par Thierry Paul Valette, a recueilli à ce jour plus de 280.000 signatures. "Il n'y a aucune raison pour que l'épouse du chef de l'État puisse obtenir un budget sur les fonds publics", peut-on lire.

Face aux remarques grandissantes de l'opinion publique mais aussi des députés de l'opposition, l'entourage de Brigitte Macron a annoncé que l'Élysée planchait sur un document consacré au "rôle public" de l'épouse d'Emmanuel Macron. Selon les informations de l'AFP, ce document devrait préciser le nombre de collaborateurs de la première dame. Il s'agit d'une "charte de la transparence", comme le révèle BFMTV et sera diffusée sous la forme d'un communiqué de presse. Selon Le Figaro, "Ce changement est lourd de sens. Il traduit la volonté de trouver une formule moins solennelle, cristallisant moins les critiques".

Le président de la République qui, lorsqu'il était candidat, demandait de "clarifier ce rôle et d'en finir avec l'hypocrisie concernant le conjoint du chef de l'État", aurait revu sa position. "Il aurait fallu, pour mener à bien cette possibilité, rassembler le Congrès pour modifier la Constitution. Finalement, la première dame n'apparaîtra pas dans cette dernière et ne verra pas ses attributions définies par un décret", explique BFMTV. 

Pas de rémunération

Un collaborateur explique au Figaro que "femme de président, c'est un rôle de facto. C'est incomparable avec un emploi public. Il n'y a aucune demande de rémunération". Dès l'annonce de la création de cette charte, une succession de tweets a été posté par Christophe Castaner. Le porte-parole du gouvernement a tenu à expliquer la décision de l'Élysée. Il rappelle ainsi les différentes tâches de Brigitte Macron. Elle "joue un rôle, a des responsabilités. Nous voulons de la transparence et encadrer les moyens dont elle dispose", explique-t-il. Dans un message suivant, il ajoute qu'elle "reçoit plus de 200 lettres par jour. Brigitte Macron maintient ce lien avec les Français, dans la plus grande discrétion". Il conclut dans un dernier tweet : "Aucune modification de la Constitution, aucun moyen nouveau, aucune rémunération pour Brigitte Macron, stop à l'hypocrisie !".

À lire aussi
Brigitte Macron à Paris, le 14 octobre 2019 port du voile
Brigitte Macron : "On ne parle pas politique, on ne parle pas religion" à l'école

Le porte-parole ne s'est pas arrêté là et a précisé la démarche de l'Élysée lors d'une interview au Journal Télévisé de France 2. "On ne parle pas d'emploi, on parle justement de statut. Un emploi, c'est rémunéré. L'épouse du président de la République n'a et n'aura aucune rémunération pour son action et pourtant elle est omniprésente aux côtés de son conjoint. Il s'agit justement d'un exercice de transparence. Aujourd'hui, rien n'est dit. Demain, tout sera dit. Un ancien membre du cabinet de François Hollande, cité par Le Figaro conclut : "S'il n'y avait pas de statut de la première dame auparavant, c'est bien parce que c'est une idée trop compliquée à mettre en oeuvre !".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brigitte Macron Christophe Castaner Élysée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants