1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Alcool : la loi Évin menacée ?
2 min de lecture

Alcool : la loi Évin menacée ?

Alors que les députés pourraient faciliter la publicité pour l'alcool, la ministre de la Santé Marisol Touraine les appelle à "ne pas changer" le texte.

Un homme boit une bière dans un bar.
Un homme boit une bière dans un bar.
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Que changerait la loi Macron à la loi Évin ?
01:43
La rédaction numérique de RTL & AFP

La loi Évin - permettant de lutter contre le tabagisme et l'alcoolisme - a-t-elle du plomb dans l'aile ? Les députés examinent, ce lundi 8 juin, un amendement à la loi Macron qui assouplirait les règles concernant la publicité pour l'alcool. Pour Claude Évin, auteur de la loi du même nom, "ce serait la fin de la loi Évin". La ministre de la Santé se dit, elle aussi, opposée à tout aménagement du texte. 

Je veux dire mon incompréhension et ma préoccupation.

Marisol Touraine, ministre de la Santé

Marisol Touraine appelle à "ne pas changer la loi" encadrant la publicité pour l'alcool. "Je veux dire mon incompréhension et ma préoccupation face à l'amendement qui remet en cause la loi Évin", indique-t-elle à l'AFP.

"Le débat a eu lieu, dans le cadre de la loi de modernisation de notre système de santé, entre ceux qui souhaitaient durcir et ceux qui souhaitaient assouplir la loi Évin", explique la ministre. "Avec Stéphane Le Foll (le porte-parole du gouvernement, NDLR), nous avons fait le choix de l'équilibre : rien de plus, rien de moins". "C'est ce choix qui est aujourd'hui remis en cause", dénonce-t-elle.

Amendement d'un député des Républicains

La ministre fait référence à un amendement du sénateur Gérard César (Les Républicains, ex-UMP) visant à distinguer publicité et information sur l'alcool. Cette disposition est examinée ce lundi en commission à l'Assemblée nationale, dans le cadre de la loi Macron, débattue en deuxième lecture.

À lire aussi

Mais, pour Marisol Touraine, "la loi Macron ne peut pas servir à détricoter les politiques de santé publique". "J'appelle chacun à prendre ses responsabilités, c'est-à-dire à ne pas changer la loi", enjoint la ministre. 

Claude Évin est "très inquiet"

Le porte-parole du gouvernement et ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, tout en se disant défenseur de la viticulture, s'est lui aussi prononcé lundi pour le statu quo sur la loi Évin, adoptée en 1991. 

Dès lors que l'on sait que l'alcool tue 50 000 personnes par an, peut-on en vanter les mérites comme s'il s'agissait d'un simple parfum ?

Claude Évin, ancien ministre de la Santé

L'auteur de la loi, l'ex-ministre de la santé Claude Évin (PS), se dit "très inquiet" dans un entretien au Parisien
"Dès lors que l'on sait que l'alcool tue 50 000 personnes par an, peut-on en vanter les mérites comme s'il s'agissait d'un simple parfum ?, interroge l'ancien ministre. La réponse est, évidemment, non. Pourtant, depuis 25 ans, la loi Évin a été progressivement détricotée. La partie de cette loi concernant la consommation des mineurs, notamment, a été remise en cause", dénonce-t-il. 

Claude Évin regrette aussi un "recul" concernant la publicité pour l'alcool. "La loi de 1991 interdisait la publicité pour l'alcool à la télévision, au cinéma et par voie d'affichage. C'est à nouveau autorisé pour les affiches depuis 1994", explique-t-il au quotidien. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/