2 min de lecture Politique

Affaire Bygmalion : d'un soupçon de surfacturation à une crise politique

DÉCRYPTAGE - Trouvant son origine dans un article du "Point" publié en février dernier, l'affaire Bygmalion s'est progressivement muée en soupçons de fausses factures, provoquant une crise à l'UMP.

Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy
Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy
Romain Renner
Romain Renner
Journaliste RTL

L'affaire Bygmalion est en train de ravager l'UMP. Le parti dirigé par Jean-François Copé a organisé ce 27 mai un bureau politique afin de déterminer la marche à suivre au lendemain des perquisitions menées par la justice et des aveux de Jérôme Lavrilleux.

Surfacturations

A l'origine de cette affaire se trouve un article du Point datant du 27 février. L'hebdomadaire s'intéresse alors à Bygmalion, une société de communication et d'événementiel créée par deux proches de Jean-François Copé. Selon Le Point, l'UMP aurait versé huit millions d'euros pour l'organisation de meetings. Une somme largement supérieure aux tarifs habituellement pratiqués.

L'accusation du magazine est donc claire : le président de l'UMP permettrait à une entreprise gérée par deux de ses proches de s'enrichir avec les deniers de son parti.

Fausses factures

Il faudra attendre le 14 mai pour que l'affaire prenne un nouveau tournant. Libération assure alors avoir eu accès aux factures de Bygmalion. Selon le quotidien, l'UMP lui aurait versé 18 millions d'euros pour l'organisation de près de 70 colloques, meetings et conventions durant la campagne présidentielle de 2012.

À lire aussi
La boutique de l'Élysée, installée pour les Journées du Patrimoine 2019 Élysée
Journées du patrimoine : L'Élysée vendra désormais des savons et des parapluies

Certains de ces événements n'auraient cependant jamais eu lieu. C'est à la suite de la lecture de cet article que Jean-François Copé aurait commencé à "avoir des interrogations". Le président du premier parti d'opposition veut attendre la fin des européennes avant de se pencher sur le problème mais dit "se réjouir de la tenue d'une enquête".

Le député Pierre Lellouche, cité dans certains factures, s'insurge, lui, de voir son nom adosser à des événements qui n'ont pas eu lieu. Il décide de porter plainte pour "usurpation d'identité"le 26 mai. La question de l'utilisation de cet argent se pose désormais.

Les aveux de Lavrilleux

L'avocat de Bygmalion, Me Maisonneuve, confirme l'émission de fausses factures pour un montant total de 10 millions d'euros. Selon lui, "ce qui a été facturé sous le libellé "conventions", ce sont des meetings de campagne de Nicolas Sarkozy". La société de messieurs Bastien Millot et Guy Alves nie par ailleurs financer Jean-François Copé d'une quelconque manière.

Les aveux de Jérôme Lavrilleux interviennent quelques heures après cette déclaration. Le directeur de cabinet de Jean-François Copé et ancien directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, est l'invité de BFMTV. En larmes, il avoue "qu'une partie des dépenses de la campagne de Nicolas Sarkozy ont été absorbées par l'UMP".

Une manœuvre qu'il aurait mené seul, sans prévenir les chefs de l'Etat et de l'UMP. "Je n'ai jamais eu à discuter ce genre de sujet avec eux. J'assume mes responsabilités, affirme-t-il. Mais il n'y a eu aucune malversation, aucun paiement en liquide".

Alors qu'il avait annoncé son intention de porter plainte contre X, Jean-François Copé a démissionné, ce mardi, de la présidence du parti. Il quittera son poste le 15 juin prochain et ne sera pas candidat lors du congrès anticipé du parti, en octobre prochain. L'ensemble des cadres du parti quittera son poste.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Affaire Bygmalion UMP
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7772287943
Affaire Bygmalion : d'un soupçon de surfacturation à une crise politique
Affaire Bygmalion : d'un soupçon de surfacturation à une crise politique
DÉCRYPTAGE - Trouvant son origine dans un article du "Point" publié en février dernier, l'affaire Bygmalion s'est progressivement muée en soupçons de fausses factures, provoquant une crise à l'UMP.
https://www.rtl.fr/actu/politique/affaire-bygmalion-d-un-soupcon-de-surfacturation-a-une-crise-politique-7772287943
2014-05-27 12:17:20
https://cdn-media.rtl.fr/cache/znvXyTYG3XPz9GEaBAOfiA/330v220-2/online/image/2014/0527/7772289844_jean-francois-cope-et-nicolas-sarkozy.jpg