2 min de lecture Jacqueline Sauvage

"Lettre à Madame Jacqueline Sauvage" : l'avocat général regrette le "symbole"

Frédéric Chevallier était l'avocat général du procès en appel de Jacqueline Sauvage. Dans une tribune au vitriol intitulée "Lettre à Madame Jacqueline Sauvage", il revient sur cette affaire médiatique.

Jacqueline Sauvage s'est exprimée dans l'émission "Sept à Huit", le 26 février 2017
Jacqueline Sauvage s'est exprimée dans l'émission "Sept à Huit", le 26 février 2017 Crédit : HANDOUT / TF1 / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Elle est devenue un symbole des violences faites aux femmes. Le 10 septembre 2012, Jacqueline Sauvage a tué son mari de trois coups de fusil dans le dos après 47 ans de relation et presque autant de violences.

Cette histoire refait aujourd'hui surface alors que TF1 a diffusé le téléfilm, Jacqueline Sauvage, c'était lui ou moi, où Muriel Robin et Olivier Marchal se sont donnés la réplique sous les ordres d'Yves Rénier.

Au lendemain de cette diffusion, l'avocat général du procès en appel, Frédéric Chevallier, a décidé de sortir du silence en publiant dans Le Monde une lettre adressée à Jacqueline Sauvage, condamnée à deux reprises à dix ans de prison avant de bénéficier de la grâce de François Hollande, alors président de la République, le 28 décembre 2016.

Vous présenter sous l’emprise de ce 'tyran', c’était nier votre personnalité

Frédéric Chevallier
Partager la citation

Après avoir critiqué la défense mise en place lors du procès en appel, il dresse un portrait au vitriol de cette mère de famille, dont le sort a fait la Une des médias pendant de longs mois. "Vous présenter comme soumise et sous l’emprise de ce 'tyran' de Norbert, c’était nier totalement votre personnalité dont la réalité ne correspondait plus en rien à ce que vous avez été pendant quarante-sept ans", écrit-il dénonçant un "gigantesque café du commerce" sur ce dossier.

À lire aussi
Jacqueline Sauvage s'est exprimée dans l'émission "Sept à Huit", le 26 février 2017 Jacqueline Sauvage
Jacqueline Sauvage : une accusée plus complexe qu'on ne le croit ?

Définissant Jacqueline Sauvage comme une "femme déterminée", Frédéric Chatellier écrit alors : "Réduire votre funeste décision à un geste de survie, c’est nier le sens même de votre vie déterminée (...) 'Quarante-sept ans de violence' : qu’en savons-nous Madame ?", interroge-t-il.

Vous êtes devenue le symbole inadapté d’un fait majeur de société

Frédéric Chevallier
Partager la citation

Et l'avocat général, qui avait de nouveau requis une peine de dix ans de prison lors du second procès, ne s'arrête pas là. "En exécutant votre mari, vous nous avez privés d’un procès qui aurait peut-être permis d’inverser l’ordre des choses aujourd’hui établi. Vous l’avez condamné sans procès. Vous n’en aviez pas le droit".

"Lutter contre les violences intrafamiliales, contre les violences faites aux femmes ne peut passer par la violence criminelle dont vous vous êtes rendue coupable. La justice s’exerce pour éviter la vengeance des victimes et pour punir à leur place. Cette justice aujourd’hui fonctionne  (...) Elle ne peut être niée comme vous l'avez fait", poursuit-il. Avant de conclure : "Vous êtes devenue, sans doute malgré vous, le symbole inadapté d’un fait majeur de société".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jacqueline Sauvage Justice Femmes battues
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants