1 min de lecture Faits divers

La famille d'un détenu atteint d'un cancer se bat pour qu'il soit hospitalisé

L'administration pénitentiaire refuse qu'il reçoive les soins adaptés pour traiter son cancer du côlon.

La prison de Fresnes (illustration)
La prison de Fresnes (illustration) Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Pour la famille, il s'agit d'une question de vie ou de mort. Depuis la semaine dernière, les proches d'un détenu valenciennois, incarcéré depuis juin dernier, demandent à ce qu'il sorte de détention. La raison ? Son incarcération l'empêche de traiter son cancer du côlon

D'après la Voix du Nord, l'homme de 32 ans s'était rendu à l'hôpital le 1er mai à cause de violents maux de ventre. Les médecins lui auraient alors diagnostiqué un cancer du côlon. Retourné en détention depuis, sa famille s'inquiète de la dégradation de son état de santé. "Le foie est atteint, il a perdu 20 kilos en quatre jours. il ne se nourrit plus, même un verre d'eau, il le vomit", a-t-elle confié au quotidien. 

Inquiets, ses proches ont écrit à la maison d'arrêt et ont contacté l'Observatoire international des prisons. Ils racontent aussi avoir voulu déposer plainte en vain. "Les policiers n'ont pas voulu la prendre, il nous faut le dossier médical. On est perdus, on ne sait plus quoi faire", ont-ils raconté à la Voix du Nord

"On ne peut pas le laisser en maison d'arrêt"

Contactée par le quotidien, la Direction interrégionale des services pénitentiaires des Hauts-de-France a affirmé que le personnel médical avait jugé l'état de santé du détenu compatible avec la détention. Elle a également souligné que les détenus malades étaient pris en charge par le centre hospitalier de Valenciennes. 

À lire aussi
Naya Rivera, le 16 avril 2016, à Beverly Hills États-Unis
Naya Rivera : le légiste confirme une noyade accidentelle

Des soins insuffisants pour l'avocat de la famille. "S'il ne supporte pas son traitement, on ne peut pas le laisser en maison d'arrêt (...). Après une expertise médicale, le juge d'application des peines pourrait prononcer une suspension de détention ou une liberté conditionnelle. Mais tout cela prend du temps", a-t-il indiqué à la Voix du Nord

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Prisons Détention
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants