1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Une habitante de Romainville "aspirée" par une poubelle
1 min de lecture

Une habitante de Romainville "aspirée" par une poubelle

Le visage, l'épaule et le bras d'une retraitée ont été aspirés par le hublot d'une borne de collecte pneumatique des déchets.

Les bornes de collecte pneumatique des déchets à Romainville.
Les bornes de collecte pneumatique des déchets à Romainville.
Crédit : PIERRE VERDY / AFP
François Quivoron

Une habitante de Romainville, en Seine-Saint-Denis, a vécu une expérience traumatisante avec une poubelle. Le 19 décembre dernier, elle dépose ses déchets dans une borne de collecte pneumatique, située près de sa résidence. Mais le système par aspiration fonctionne à plein régime. Sa tête, son épaule et son bras sont happés par le petit hublot en même temps que ses sacs-poubelle. "Je n’arrivais pas à me défaire, il y avait tellement de pression", raconte-t-elle au Parisien.

C'est seulement "au bout de trois ou quatre minutes", quand l'aspiration finit par s'arrêter, qu'elle parvient à se dégager du hublot. Cette retraitée, choquée, a le visage enflé et en partie couvert d'hématomes. D'après un employé de Veolia, qui a mis en place ce système à Romainville, "il y avait un bouchon de poubelles et il avait dû mettre l’aspiration plus fort pour déboucher", rapporte la victime, qui a décidé de porter plainte contre le prestataire pour la collecte des déchets de sa commune.

Vous vous rendez compte, ça aurait pu être un gosse

La retraitée

Ce système par aspiration est testé depuis 2011 dans quatre quartiers de Romainville. Les déchets sont collectés dans des bornes et ensuite aspirés dans un réseau souterrain de 4,7 km de tuyaux pour rejoindre, à une vitesse de 70 km/h, une centrale où ils sont récupérés, stockés dans des camions et transportés vers une déchetterie.

La maire de Romainville, Corinne Valls, a évoqué, dans un courrier adressé à l'habitante "aspirée", "une panne identifiée" et une intervention programmée le 17 janvier. Soit près d'un mois après les faits. "Pendant ce temps, les gens pouvaient encore déposer leurs déchets, il aurait pu arriver exactement la même chose. Vous vous rendez compte, ça aurait pu être un gosse", souligne la retraitée. Qui, depuis cette histoire, ne fait plus de tri...

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/