2 min de lecture Faits divers

Un maire de Charente victime d'un chantage à la vidéo porno

Jérôme Sourisseau, le maire de Bourg-Charente, a été la cible d'un chantage au film porno. Ses ravisseurs l'ont menacé de diffuser une vidéo pornographique le mettant en scène s'il refusait de payer la somme de 8.000 euros révèle "La Charente Libre".

Un homme dans un cybercafé (photo d'illustration).
Un homme dans un cybercafé (photo d'illustration). Crédit : STR - AFP
Édouard Nguyen

Jérôme Sourisseau, le maire de Bourg-Charente, raconte que ses ravisseurs l'ont menacé de diffuser une vidéo pornographique le mettant en scène, révèle la Charente Libre. Ils le "détruiraient", s'il refusait de payer la somme de 8.000 euros.

Après un premier coup de fil, Jérôme Sourisseau reçoit un SMS qui menace de le "détruire" ce lundi 5 octobre. Un lien, qui renvoie à une vidéo postée sur YouTube met en scène le maire, torse nu, en train de se masturber

L'intéressé reconnait un montage, réalisé à partir d'une discussion qu'il avait eu avec un ami sur Skype. Les escrocs auraient donc piraté son ordinateur pour récupérer ce film. Ils menacent de diffuser cette vidéo sur les réseaux sociaux ainsi que sur le site internet de la commune de Bourg-Charente. Le maire refuse de payer.

Les victimes finissent par accepter de payer une somme "acceptable"

Le lendemain, les ravisseurs insistent et envoient un email au maire. La "maître chanteuse" l'informe qu'elle a posté un message, avec un lien renvoyant vers la vidéo, sur le site internet de la Charente Libre. Le lien a été directement effacé par le quotidien. Le maire refuse encore de payer bien que le somme demandée n'est plus que de 450 euros.

À lire aussi
Un manifestant brandit une pancarte "Stop Féminicides" à la marche contre les violences faites aux femmes samedi 23 novembre. faits divers
Féminicide : un octogénaire tue sa femme et se suicide à Grenoble

Enfin, au troisième jour de son calvaire, Jérôme Sourisseau décide d'aller porter plainte à la gendarmerie. Une enquête a été ouverte mais les gendarmes n'étaient pas très surpris : ils ont déjà été plusieurs fois confrontés à ce type d'affaires en Charente, selon le major Dion. Les escrocs baissent le montant jusqu'à ce que les victimes finissent par accepter de payer une somme "acceptable".

Le fort accent africain de l'interlocuteur et l'indicatif malien du numéro de téléphone qui a appelé, laissent penser que cette tentative d'escroquerie a été menée depuis l'Afrique. Les gendarmes suspectent des "brouteurs", des cyber-escrocs qui soutirent de l'argent à leurs victimes par la séduction et le chantage.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Pornographie Escroquerie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants