2 min de lecture Tuerie au Musée juif de Bruxelles

Tuerie du Musée juif de Bruxelles : de nombreux indices prouvent la radicalisation du suspect

L'enquête sur la tuerie du Musée juif de Bruxelles a révélé de nombreux éléments prouvant la radicalisation du suspects, Mehdi Nemmouche, proche d'un groupe jihadiste actif en Syrie.

Mehdi Nemmouche en 2009, après son arrestation pour un braquage d'une supérette à Strasbourg
Mehdi Nemmouche en 2009, après son arrestation pour un braquage d'une supérette à Strasbourg Crédit : Source judiciaire
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le procureur de la République de Paris, François Molins, a évoqué ce dimanche 1er juin les très nombreux indices qui démontrent la radicalisation de Mehdi Nemmouche, soupçonné d'être le tueur du Musée juif de Bruxelles.

Ce Français, âgé de 29 ans et originaire de Roubaix (nord de la France), "a été arrêté dès qu'il a mis le premier pied en France, a déclaré François Hollande en marge d'un déplacement à Trévières (Calvados) ce dimanche, au sujet des jihadistes qui rentrent en Europe après avoir combattu en Syrie. "Nous les combattrons".

Carte retraçant le parcours du meurtrier présumé du musée juif à Bruxelles arrêté à Marseille.
Carte retraçant le parcours du meurtrier présumé du musée juif à Bruxelles arrêté à Marseille. Crédit : AFP

Radicalisation en prison

L'homme, condamné à sept reprises et incarcéré cinq fois, notamment à Lille et à Toulon, s'est radicalisé au cours de ses séjours successifs en prison. "Il s'était illustré par son prosélytisme extrémiste et l'appel à la prière collective en promenade", a précisé le procureur.

Plus tôt, son avocate, Me Soulifa Badaoui, avait expliqué que son client avait déjà été condamné par la justice : en mai 2009, Medhi Nemmouche avait été condamné avec deux autres prévenus à deux ans de prison pour le braquage le 13 août 2006, d'une supérette de Tourcoing (Nord).

éléments biographiques du meurtrier présumé du musée juif à Bruxelles arrêté à Marseille.
éléments biographiques du meurtrier présumé du musée juif à Bruxelles arrêté à Marseille. Crédit : AFP

Fiché par les services de renseignement

Selon une source proche de l'enquête, Mehdi Nemmouche était fiché par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) - anciennement DCRI - car il était soupçonné d'avoir été en Syrie. Il a été remis dès vendredi aux agents de la DGSI puis a été placé en garde à vue pour assassinat et tentative d'assassinat ainsi que pour détention et transport d'armes, en lien avec une entreprise terroriste.

Un an passé en Syrie

Le suspect avait dans ses bagages un "drap" portant une inscription en arabe au nom de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL), groupe jihadiste actif notamment en Syrie, où le suspect a passé "plus d'une année" à compter de fin 2012/début 2013 avant de "brouiller les pistes" sur le chemin du retour en Europe.

Le suspect garde le silence

À lire aussi
Un dessin de justice représentant Mehdi Nemmouche, réalisé le 10 janvier 2019 lors de son procès. justice
Tuerie du Musée juif de Bruxelles : Mehdi Nemmouche condamné à la prison à perpétuité

Sa garde à vue a débuté vendredi à la mi-journée. Elle peut durer 96 heures, c'est-à-dire jusqu'à mardi, voire 144 heures, jusqu'à jeudi, si les enquêteurs devaient invoquer une menace terroriste imminente.

Au cours des 24 premières heures, le suspect, qui se dit sans domicile fixe, a gardé le silence. Il a été arrêté à la gare routière Saint-Charles à Marseille par les douaniers, alors qu'il se trouvait dans un autocar en provenance d'Amsterdam via BruxellesComme révélé par RTL, les enquêteurs ont par ailleurs retrouvé dans son appareil photo une courte vidéo évoquant l'attentat et montrant les armes utilisées.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tuerie au Musée juif de Bruxelles Faits divers Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants