1 min de lecture Toulon

Toulon : 200 appels de détresse... pour un mal de mer

Une femme prise d'un épouvantable mal de mer a lancé plusieurs appels de détresse et déclenché un dispositif de secours important.

Vue du port et de la ville de Toulon en 2004 (archives).
Vue du port et de la ville de Toulon en 2004 (archives). Crédit : ERIC ESTRADE / AFP
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard Journaliste RTL

Les officiers de la marine nationale du CROSS Med de Toulon, n'en reviennent toujours pas. Dans la nuit du 6 au 7 septembre dernier, ils reçoivent un appel de détresse, d'une femme en larmes, apeurée. Le message très bref ne donne aucune information sur l'avarie en cours, sur le type de bateau ou sa localisation. Quelques minutes plus tard, la femme en détresse envoie un second appel. "Mayday mayday. À l'aide, à l'aide", perçoit l'officier de permanence. Sur la fréquence de détresse, les messages se multiplient. Dix, vingt, trente, il y en aura 200 au total. Le CROSS Med de Toulon pense alors à un naufrage. Rapidement, l'hélicoptère de secours et une équipe de plongeurs sont mis en alerte. Deux bateaux, l'Harmony of the Seas et le Pascal Paoli sont détournés pour venir en aide. C'est finalement le capitaine du Pascal Paoli qui repère le voilier en détresse. 

Immédiatement, le skipper est interrogé par radio. Et là, il avoue tout. Sa compagne souffrant d'un épouvantable mal de mer est descendue en cabine pour lancer ses appels de secours et lui, n'a pas pu l'en empêcher. Le skipper s'excuse de son inexpérience et en profite pour demander aux marins si le mauvais temps va durer, avant de disparaître au large, histoire d'éviter les ennuis.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Toulon Faits divers Insolite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants