2 min de lecture Tirs dans un Thalys

Tirs dans un Thalys : El Khazzani mis en examen et placé en détention provisoire

Après avoir été transféré devant le juge à Paris mardi soir, le suspect de l'attaque dans le Thalys a été mis en examen pour tentatives d'assassinats à caractère terroriste et placé en détention provisoire.

Ayoub El Khazzani, l'auteur de l'attaque manquée dans un Thalys
Ayoub El Khazzani, l'auteur de l'attaque manquée dans un Thalys Crédit : AFP
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
et AFP

Le caractère terroriste de l'acte manqué d'Ayou El Khazzani a bien été retenu par le juge. Mardi 25 août dans la nuit, le suspect de l'attaque évitée dans un Thalys vendredi 21 août a été mis en examen pour tentatives d'assassinats, association de malfaiteurs et détention d'armes, le tout en relation avec une entreprise terroriste et placé en détention provisoire

Plus tôt dans la journée, l'enquête a révélé que le Marocain de presque 26 ans est monté à bord du train avec, sur lui, "une bouteille de 50 cl d'essence" et 270 munitions. Un arsenal qui a poussé le juge à retenir la dimension terroriste de ses intentions, un "projet" qui apparaît comme "ciblé et prémédité", pour le procureur de la République de Paris François Molins. Maîtrisé par des passagers, alors qu'il sortait des toilettes du train armé d'un fusil d'assaut, l'homme a réfuté tout acte terroriste, selon son avocate, affirmant avoir voulu braquer les passagers

Les enquêteurs ont déterminé qu'Ayoub El Khazzani s'était rendu en Turquie et était revenu en Europe le 4 juin 2015 par un vol en provenance d'Antakya, une ville proche de la frontière syrienne, a affirmé le procureur de Paris. Ayoub El Khazzani, qui a "nié pendant sa garde à vue s'être rendu en Turquie", a reconnu avoir séjourné "cinq à sept mois" à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) en 2014, selon François Molins.

Il travaillait à l'époque pour un opérateur de téléphonie mobile, Lycamobile. "Il a effectivement travaillé chez nous sur un CDD de trois mois: du 3 février 2014 jusqu'au 3 avril 2014 ", avait déclaré lundi son ex-employeur, précisant avoir mis fin à ce contrat "au bout de deux mois, car les papiers qu'il avait présentés ne lui permettaient pas de travailler en France".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tirs dans un Thalys Terrorisme Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants