2 min de lecture Faits divers

Suicide sur Periscope : la victime a dit avoir été violée par son ancien compagnon

Selon les premiers éléments de l'enquête, la victime aurait envoyé un SMS à un ami de son ancien compagnon dans lequel elle évoque des violences et un viol.

Une gare du RER D (Archives)
Une gare du RER D (Archives) Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Deux jours après le suicide d'une jeune femme de 19 ans qui s'est jetée sur les rails du RER C en gare d'Egly, dans l'Essonne, en filmant son geste en direct sur l'application Periscope où plus de 1.000 personnes étaient connectées à son flux, les motivations qui l'ont poussée à passer à l'acte sont toujours entourées d'un voile. Selon les premiers éléments de l'enquête, Océane E., née en 1997 et domiciliée à Arpajon, aurait évoqué dans sa vidéo "un viol et désigné un agresseur", affirmait mercredi après-midi à l'AFP une source judiciaire, qui restait cependant très prudente sur la réalité des faits allégués. France Info avançait également cette version dans un premier temps, avant de supprimer ce passage de son article. Cette piste a été confirmée par le parquet mercredi 11 mai en fin de journée. 

Des violences et un viol de son ex

Quelques heures avant son passage à l'acte, la jeune femme, "au profil psychologique fragile selon ses proches", a envoyé un SMS à un ami de son ex-compagnon dans lequel elle évoque "des violences et un viol que son compagnon lui aurait fait subir et déclare mettre fin à ces jours à cause du mal que celui-ci lui avait fait", a déclaré à la presse le procureur d'Evry Eric Lallement. Les faits qu'elle dénonce se seraient déroulés à Perpignan, selon une source proche de l'enquête contactée par L'Express. D'après Metronews, les enquêteurs auraient également retrouvé dans son téléphone portable une vidéo dans laquelle elle accuse de viol son ancien compagnon. "L'audition de cette personne est en cours", a-t-il précisé, ajoutant que l'enquête, confiée à la brigade de gendarmerie de Palaiseau, serait "réorientée" si les faits de violences et viol étaient avérés.

Elle évoquait son ex dans les vidéos

Sur les vidéos diffusées sur Periscope, la jeune femme n'indiquait pas clairement ce qu'elle s'apprêtait à faire. Les spectateurs ont découvert par la suite la réalité de son geste. Dans les premiers flux diffusés mardi vers midi, elle évoquait à demi-mot un suicide et annonçait un "fameux live" et des explications pour 16 heures et prononçait des phrases comme "c'est pas ma journée mais ça va être ma journée en quelque sorte". Elle s'était légèrement épanchée sur les raisons de son mal-être. "Elle disait qu'elle allait le faire parce que son ex l'avait frappée et violée et qu'il avait pourri sa vie, qu'elle ne savait plus quoi faire", a raconté à Rue89 une adolescente qui était devant le Periscope d'Océane.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Essonne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants