2 min de lecture Île-de-France

Sept supporters condamnés pour un affrontement entre ultras du Paris FC et Red Star

Une rixe avait éclaté dans le 13e arrondissement de Paris le 5 septembre 2014, avant un match entre les deux équipes franciliennes.

Un enseignant a été agressé au couteau alors qu'il faisait cours à Aubervilliers. (illustration)
Un enseignant a été agressé au couteau alors qu'il faisait cours à Aubervilliers. (illustration) Crédit : GERARD JULIEN / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Sept hommes ont été condamnés mercredi 10 juin à des peines allant de quatre de mois prison avec sursis à un an de prison, dont la moitié avec sursis, pour une rixe entre supporters avant le match opposant le Paris FC au Red Star, comptant pour la 5e journée du championnat de National (3e division). Ces peines ont été assorties d'amendes allant de 500 à 800 euros, ainsi que d'interdictions de stade pour trois ans. Une obligation de pointer au commissariat lors de certains matchs a par ailleurs été prononcée à l'encontre de deux des condamnés. Le tribunal correctionnel de Paris n'a pas suivi les recommandations du parquet, qui avait requis des peines plus lourdes allant jusqu'à 12 mois ferme.

Bataille rangée et saluts nazis

Un violent affrontement avait éclaté dans le 13e arrondissement le 5 septembre 2014, impliquant une cinquantaine d'hommes avant la rencontre entre le PFC et le Red Star, disputée au stade Charléty.


Des "ultras" du Red Star, dont nombreux sont réputés proches du mouvement antifasciste, avaient alors subi une attaque en règle menée par un groupe munis de béquilles, de fumigènes et de bouteilles. Certains assaillants scandaient "PFC hooligans", tandis que d'autres effectuaient des saluts nazis. Au moins quatre blessés sont dénombrés, tous du côté des supporters du Red Star, dont deux se verront prescrire des incapacités totales de travail de deux et trois jours. Aucun ne s'est constitué partie civile.

Une "rivalité francilienne"

Après la rixe, un cliché de 14 personnes paradant visages masqués avec une écharpe du Red Star volée à l'un des supporters du club de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) était publiée sur internet.

À lire aussi
Un RER C (image d'illustration) faits divers
Paris : le trafic du RER C interrompu après la découverte d'un corps sur les rails

Le prévenu le plus lourdement condamné, âgé de 24 ans, avait reconnu avoir rédigé et diffusé sur internet un communiqué signé des "infâmes" du PFC, qui compte dans ses rangs d'anciens ultras du PSG. Le texte évoquait une "rivalité francilienne" et avertissait: "Si vous avez l'intention de porter plainte (...) nous aussi on viendra à six heures du matin faire toc toc".

Une "menace très claire envers ceux qui porteraient plainte", même si ces faits n'ont pas été poursuivis, avait souligné la présidente à l'audience le 8 avril. L'avocat du principal prévenu, Me Thibault de Montbrial, avait souligné que lors de ces "fights" entre ultras, "on prend bien soin de ne s'attaquer qu'entre pairs", "on se bastonne allègrement, mais entre soi".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Île-de-France Faits divers Affrontements
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants