1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Seine-Maritime : un maire victime de chantage à la sextape
1 min de lecture

Seine-Maritime : un maire victime de chantage à la sextape

L'élu croyait échanger avec une femme via internet. Il avait en fait affaire à des escrocs.

Un clavier d'ordinateur (illustration)
Un clavier d'ordinateur (illustration)
Crédit : Flickr
Nicolas Bamba

C'est ce qu'on appelle une cyber-escroquerie. Le maire d'une commune de plusieurs milliers d'habitants en Seine-et-Marne a été victime d'un odieux chantage, rapporte Paris-Normandie. L'homme - dont l'anonymat est préservé - avait entamé il y a trois mois une relation sur internet avec une certaine Anne-Marie. "Je suis aujourd’hui célibataire, j’ai envie de refaire ma vie. Alors, quand cette femme est entrée en contact avec moi il y a quelque temps sur Skype, j’ai accepté", explique l'édile au quotidien local.

Le maire "assume totalement" s'être livré avec son interlocutrice à des "jeux par caméras interposées". Il s'est filmé à plusieurs reprises alors qu'il se masturbait. Mais début avril, Anne-Marie, qui prétend vivre à Dijon (Côte-d'Or), lui demande de l'argent pour venir le voir. Suspicieux, le maire prend ses distances. Il reçoit alors plusieurs messages depuis la Côte d'Ivoire : derrière Anne-Marie se cachaient en fait des escrocs qui lui réclament 30.000 euros, sans quoi ils diffuseront des vidéos intimes issues de ces fameux échanges par webcam.

De plus en plus de victimes

L'élu a refusé de payer et a contacté la police. Peu après, les maîtres-chanteurs ont diffusé "quatre ou cinq" vidéos dans l'entourage professionnel du maire. Ce dernier n'est pas le premier à être victime de "chantage à la webcam". Cette criminalité en ligne fait de plus en plus de ravages et peut rapporter gros en Afrique de l'Ouest, d'où opèrent de nombreux escrocs. Pour les victimes, les conséquences sont parfois dramatiques.

La police judiciaire de Rouen est en charge de l'enquête et tente de remonter jusqu'à ces maîtres-chanteurs ivoiriens, surnommés "brouteurs". Le maire, lui, indique que plusieurs plateformes web où apparaissaient les vidéos intimes ont été nettoyées, mais que certaines réapparaissent ailleurs. Il confie être "déçu par la nature humaine".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.