1 min de lecture Procès

Salah Abdeslam "passe énormément de temps à nettoyer les murs de sa cellule"

TÉMOIGNAGE - Thibault Capelle, surveillant de prison à la Maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, se confie sur le quotidien en détention de Salah Abdeslam, jugé en Belgique pour une fusillade avec des policiers à partir de lundi 5 février.

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Salah Abdeslam "passe énormément de temps à nettoyer les mûrs de sa cellule" Crédit Image : Philippe LOPEZ / AFP | Crédit Média : Cindy Hubert | Durée : | Date : La page de l'émission
Cindy Hubert et Cécile De Sèze

Tous les yeux sont rivés vers Bruxelles. Lundi matin s'est ouvert le procès historique de Salah Abdeslam. Ce n'est pas encore le procès des attentats du 13 novembre, mais c'est la première fois que le dernier survivant des attaques terroristes de Paris et Saint-Denis sort en publique. La première fois que la population peut apercevoir son visage autrement que sur la photo qui avait servi à sa traque et les images de vidéosurveillance dans une station service du nord de la France en novembre 2015. 

Comme à son procès pour une fusillade à Forest en mars 2016 avec des policiers belges, Salah Abdeslam n'a pas prononcé un mot pendant sa détention à Fleury-Mérogis. Il y est détenu toute l'année, sauf pour son procès à Bruxelles, pour lequel il a été transféré dans la prison de Vendin-le-Vieil. Thibault Capelle, surveillant de prison à la Maison d'arrêt francilienne, confie que le détenu "est toujours muré dans le silence avec des rapports qui du coup peuvent être compliqués dans sa gestion quotidienne". 

Suivez son procès minute par minute

"Il perdure dans l'aspect de sa personnalité, notamment très à cheval sur l'hygiène. Il passe énormément de temps à nettoyer les murs de sa cellule, poursuit-il. Il est très attentif à ce qu'il se passe au niveau de l'actualité, les chaînes d'info, beaucoup de lectures de textes religieux."

Le but de la justice française, c'est qu'il arrive au moins vivant à son procès

Thibault Capelle, surveillant de prison à la Maison d'arrêt de Fleury-Mérogis
Partager la citation

Il explique ensuite que "pour des raisons sécuritaires", "on lui a mis une salle de sport pour éviter qu'il se retrouve en contact avec les autres détenus. Il fait du sport, il se documente, voilà, ça s'arrête là. Aujourd'hui, le but de la justice française, c'est qu'il arrive au moins vivant à son procès", conclut le représentant FO pénitentiaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Procès Salah Abdeslam Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants