3 min de lecture Faits divers

Rugbymen agressés à Millau : ce que l'on sait de l'accident des joueurs clermontois

ÉCLAIRAGE – L'attaque des rugbymen Aurélien Rougerie, Benjamin Kayser et Julien Pierre aurait été précédée d'une brève altercation verbale dans un bar.

Le joueur du rugby Benjamin Kayser
Le joueur du rugby Benjamin Kayser Crédit : AFP/LIONEL BONAVENTURE / AFP
Héloïse Leussier
Héloïse Leussier
et AFP

Les circonstances de l'agression des rugbymen de l'ASM Clermont-Auvergne commencent à se préciser. Quatre jeunes hommes étaient toujours entendus lundi 21 juillet en garde à vue après l'attaque à l'arme blanche des joueurs Aurélien Rougerie, Benjamin Kayser et Julien Pierre dans la nuit de samedi.

Une agression "d'une extrême violence"

C'est le club auvergnat qui a annoncé l'agression dimanche sur son site, évoquant des "faits d'une extrême violence". Les joueurs du XV de France ont été attaqués par "une dizaine d'individus" munis d'armes blanches, dont des machettes et des sabres alors qu'ils rentraient vers 3 heures à leur hôtel à Millau. Il étaient en transit dans la ville avant un stage à Falgos (Pyrénées-Orientales).

Benjamin Kayser et Aurélien Rougerie ont été blessés à un bras et Julien Pierre à une hanche, a précisé le club, soulignant aussitôt que "leur diagnostic vital n'est pas engagé". Julien Pierre devra toutefois "subir une opération afin de soigner de profondes coupures". 

Trois autres victimes, des personnes qui les accompagnaient, ont également été blessés.

Un début de soirée calme

À lire aussi
Nordahl Lelandais Nordahl Lelandais
Affaire Maëlys : l'avocat de Nordahl Lelandais veut faire annuler un témoignage accablant pour son client

Les joueurs avaient passé le début de soirée au "Yoda-Café". Le patron du bar, Guillaume Chiquet, assure que toute s'est "très bien passé", les joueurs échangeant dans une ambiance "très sympathique" avec le public, faisant des photos avec les autres clients.  

"C'était aussi inattendu que brutal, un truc assez incroyable. Personne ne s'attendait à ça. La soirée s'était très bien passée. Aucune provocation ne pouvait laisser penser à ce genre de choses", a déclaré dimanche le directeur sportif du club, Jean-Marc Lhermet, à l'AFP.

Les mobiles de l'agression restent flous

Les joueurs ont poursuivi la soirée au bar de nuit "La Suite", de 2 heures à 3 heures du matin. C'est là qu'un client s'est montré agressif avec une jeune femme, et que l'un des rugbymen s'est interposé, "sans violence, en lui disant juste de se calmer", raconte le commandant Eric Delchambre, chef de service du commissariat de Millau, cité par La Dépêche.

Les suspects, énervés par cette altercation, seraient alors sortis de l'établissement, pour aller chercher des armes avant d'attendre les joueurs sur le chemin du retour à leur hôtel. Au moment de la fermeture de l'établissement, "il y a eu des insultes entre des joueurs et d'autres personnes. Mais Aurélien Rougerie a calmé ses troupes... , raconte un témoin à Midi Libre, j'ai vu quatre personnes qui sont parties, à deux par scooters. "

La patronne de "La Suite" affirme pour sa part que tout s'est très bien passé dans son établissement, reconnaissant toutefois qu'elle n'aurait peut-être pas pu remarquer une simple altercation verbale en raison du nombre important de clients ce soir-là. Selon Jean-Marc Lhermet, les joueurs étaient une quinzaine au moment de l'agression

Les 4 suspects "connus des services de police"

Les quatre jeunes hommes interpellés dimanche soir sont "connus des services de police". "Les auditions sont en cours", a indiqué lundi matin à l'AFP Chérif Chabbi, substitut du procureur de la République à Rodez, en charge de l'enquête. Le magistrat n'a pas souhaité donner plus de précisions, indiquant simplement que les interpellés avaient "entre 20 et 30 ans". 

Entre dimanche soir et le début de l'après-midi lundi, les victimes sont passées au commissariat pour reconnaître leurs agresseurs. Certains ont été formellement reconnus, tandis que pour d'autres c'est plus incertain.


Pour pouvoir confronter toutes les déclarations, les gardes à vue des quatre suspects vont être prolongées. Le procureur de Rodez décidera mardi de l'ouverture d'une enquête supplémentaire ou d'une comparution immédiate. Mais il est peu probable qu'il y ait un procès ce mardi puisque la moitié des agresseurs est encore en liberté. Les joueurs doivent porter plainte individuellement mais le club a dit se renseigner sur la possibilité de déposer également une plainte collective

Les joueurs donnent des nouvelles sur les réseaux sociaux

Les joueurs du club finaliste de la Coupe d'Europe 2013, choqués, ont malgré tout rejoint Falgos lundi pour leur stage de quelques jours, à l'exception de Julien Pierre, qui devait rentrer à Clermont-Ferrand car sa blessure est trop profonde, selon le club.  "On communiquera sur son état de santé une fois qu'on en saura un peu plus", a déclaré Jean-Marc Lhermet.

"Ce soir je vais bien", a indiqué Julien Pierre dimanche sur Twitter.

Benjamin Kayser a lui rapporté qu'il avait eu "une belle peur", mais qu'il allait bien.

"Plus de peur que de mal" a pour sa part affirmé Aurélien Rougerie sur la page Facebook d'un de ses établissements.

>
Rugbymen agressés à Millau : ce que l'on sait de l'accident des joueurs clermontois Crédit Média : Patrick Tejero | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Rugby Clermont-Ferrand
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants