1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Prostituée poignardée : "On veut exercer notre métier en sécurité", dit une l'une d'elle
2 min de lecture

Prostituée poignardée : "On veut exercer notre métier en sécurité", dit une l'une d'elle

REPLAY - Un homme de 22 ans, mis en examen pour avoir poignardé une prostituée, a été remis en liberté.

Des prostituées à Toulouse, le 19 octobre 2013.
Des prostituées à Toulouse, le 19 octobre 2013.
Crédit : REMY GABALDA / AFP
Prostituée poignardée : "On veut exercer notre métier en sécurité", dit une l'une d'elle
01:52
Nicolas Burnens & La rédaction numérique de RTL

C'est une décision qui suscite beaucoup d'émotion. Un juge des libertés vient de relâcher un homme, mis en examen pour tentative d'assassinat. Âgé de 22 ans, il a sollicité une prostituée au bord de la départementale 471, en Seine-et-Marne. En pleine action, il l'a poignardée à six reprises. Il a été rapidement identifié, interpellé et a reconnu les faits en précisant qu'il avait l'intention de tuer car il est contre la prostitution. Le parquet de Melun a requis son incarcération mais le jeune étudiant en informatique a pourtant été libéré

Assise à l'avant de sa petite camionnette blanche, à la lisière de la forêt, Marine, ne décolère pas en apprenant la mise en liberté du jeune homme : "Aujourd'hui, elle a reçu six coups de couteau mais demain ça peut être dix-huit. On fait quoi ? Même s'il n'est pas emprisonné, on suppose que c'est un malade et on doit l'interner. On n'est pas dans un pays de justice".

Cachée derrière ses rideaux tirés, Flore, a l'habitude des clients un peu agressifs et parfois alcoolisés.

J'ai décidé de travailler dans le même camion qu'une collègue parce qu'on est trop exposées

Flore, prostituée

Mais depuis quelques jours, elle travaille la peur au ventre. "Quand je vois quelqu'un, je pense que la même chose va m'arriver. Il peut revenir, il connaît les lieux. J'ai décidé de travailler dans le même camion qu'une collègue parce qu'on est trop exposées", craint-elle. Par mesure de sécurité, Eden, 36 ans, ne reçoit plus que des habitués. Pour elle, cette situation ne peut pas durer : "On bosse parce qu'on est dans le besoin. On fait de mal à personne. On veut exercer notre métier en sécurité". 

À lire aussi

Le parquet a fait appel de la décision de sa mise en liberté. La cour d'appel doit se prononcer d'ici quelques jours. En attendant, le long de la départementale les prostituées évitent d'y rester, une fois la nuit tombée. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/