1 min de lecture Faits divers

Procès Rançon : les frères d'une victime se jettent sur le box de l'accusé

Les deux frères de Marie-Hélène Gonzalez n'ont pas su retenir leur colère face à l'assassin de leur sœur. L'audience a été suspendue.

Jacques Rançon, pendant son procès aux assises de Perpignan
Jacques Rançon, pendant son procès aux assises de Perpignan Crédit : RAYMOND ROIG / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
et AFP

Leur colère était trop forte. Mercredi 14 mars, au septième jour du procès de Jacques Rançon, l'audience a dû être suspendue après que les frères d'une victime du "tueur de la gare de Perpignan" ont tenté de s'en prendre à l'accusé.

La cour venait de se pencher sur le meurtre et le viol de Marie-Hélène Gonzalez, 22 ans, retrouvée décapitée, amputée des mains, les parties génitales coupées. Des détails insupportables pour les frères de la victime. À la mi-journée, ceux qui occupaient le banc des parties civiles depuis le début des débats se sont précipités vers le box où était assis Jacques Rançon.

L'un d'eux a passé la main à travers une ouverture et a tenté de saisir l'accusé par le cou, avant d'être ceinturé par les policiers. À l'intérieur du box, trois autres policiers ont protégé Jacques Rançon. Le président est ensuite intervenu en lançant : "La dignité des débats est importante".

À lire aussi
Un gilet jaune à Reims le 17 novembre 2018 (image d'illustration) faits divers
"Gilets jaunes" : racisme, homophobie, islamophobie... Les débordements du mouvement

La tension aujourd'hui était à son paroxysme

Xavier Capelet, un des avocats de Rançon
Partager la citation

"On sentait que cela bouillonnait", a expliqué l'un des avocats du prévenu, Me Xavier Capelet. "La tension aujourd'hui était à son paroxysme. Les nerfs des parties civiles sont mis à rude épreuve. On a deux frères qui souffrent manifestement depuis de nombreuses années, on peut comprendre qu'ils puissent avoir ce genre de réaction", a-t-il ajouté. La salle a ensuite été évacuée et l'audience suspendue jusqu'à 14 heures.

Arrêté 17 ans après les faits grâce à son ADN

Jacques Rançon comparaît devant la cour d'assises des Pyrénées-Orientales depuis le 5 mars dernier pour meurtres, viols et sévices graves dans l'affaire des "Disparues de Perpignan". Cet ancien cariste-magasinier de 58 ans avait été arrêté 17 ans après les faits, son profil ADN étant ressorti grâce à un nouveau logiciel installé sur le fichier national des empreintes génétiques.

Pour les faits qui lui sont reprochés, il encourt la réclusion criminelle perpétuité assortie d'une période de sûreté de 22 ans. Le verdict est attendu pour le 26 mars. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Justice Disparues de Perpignan
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792627427
Procès Rançon : les frères d'une victime se jettent sur le box de l'accusé
Procès Rançon : les frères d'une victime se jettent sur le box de l'accusé
Les deux frères de Marie-Hélène Gonzalez n'ont pas su retenir leur colère face à l'assassin de leur sœur. L'audience a été suspendue.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/proces-rancon-les-freres-d-une-victime-se-jettent-sur-le-box-de-l-accuse-7792627427
2018-03-14 18:18:43
https://cdn-media.rtl.fr/cache/AUwZGEYc1IXSP1tYwPzdGQ/330v220-2/online/image/2018/0314/7792627478_jacques-rancon-pendant-son-proces-aux-assises-de-perpignan.jpg