1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Procès Jacques Rançon : "je voudrais qu'on vous fasse souffrir"
2 min de lecture

Procès Jacques Rançon : "je voudrais qu'on vous fasse souffrir"

Son récit était très attendu. Sabrina H., survivante de Jacques Rançon, a littéralement revécu son agression à la barre avant de s'effondrer. Ses hurlements ont glacé la cour d'assises de Perpignan.

Jacques Rançon, pendant son procès aux assises de Perpignan
Jacques Rançon, pendant son procès aux assises de Perpignan
Crédit : RAYMOND ROIG / AFP
Éléonore De Marnhac & AFP

Ses nerfs ont lâché. Il faut dire que Sabrina H. vit depuis 20 ans avec de très graves séquelles physiques et psychologiques. Agressée par Jacques Rançon, elle est venue ce jeudi 15 mars, devant la cour d'assises des Pyrénées-Orientales, raconter dans un débit extrêmement rapide et pendant 50 minutes, le calvaire que l'accusé, surnommé "le tueur de la gare de Perpignan" lui a fait vivre

Ce cariste-magasinier de 58 ans est jugé jusqu'au 26 mars pour avoir violé, tué et atrocement mutilé Moktaria Chaïb et Marie-Hélène Gonzalez, tenté de violer Nadjet et laissé Sabrina pour morte.  

Le 9 mars 1998, Sabrina H. est abordée vers 21 heures par un homme prétendant être ivre. Rapidement, "il sort un couteau, et porte le premier coup sous la poitrine". "J'ai entendu la perforation", se souvient-elle, soulignant avoir décelé "de la satisfaction" dans les yeux de son agresseur. "J'ai hurlé, hurlé, poursuit-elle. Je suis tombée au sol, il m'enjambe, j'ai hurlé", dit la jeune femme dont le discours, interrompu par des sanglots, s'emballe.  

Puis, un deuxième coup de couteau, "de bas en haut", "comme s'il éventrait un cochon", ajoute-t-elle. La jeune femme, âgée de 19 ans lors de son agression, sera sauvée par une riveraine, alertée par les cris et qui réussira à faire fuir Rançon. 

À lire aussi

Lors de son témoignage, les mots s'entrechoquent, et subitement, la jeune femme est débordée par ses émotions. Sabrina ne peut plus retenir sa douleur, ni ses larmes. Ni ses hurlements. La salle se fige, la jeune femme est évacuée par la sécurité civile.  

Des séquelles physiques et psychologiques

De cette agression, Sabrina garde de nombreuses séquelles physiques et psychologiques. En plus d'une cicatrice de 32 cm, "la paranoïa, la peur des bruits, des gens" l'habitent depuis cette agression. Et Sabrina de préciser qu'elle "n'arrive pas à se dénuder sur la plage" et "ne peut avoir de relations sexuelles que la nuit avec un T-Shirt". 

"J'espère que vous allez souffrir (en prison), je voudrais qu'on vous fasse souffrir, je vous souhaite que du malheur, je vous déteste, j'ai envie de vous faire du mal", a déclaré Sabrina H. qui s'exprimait vingt ans après son agression et s'était "toujours jurée" de le reconnaître. Elle n'a pu tenir cette promesse qu'en 2014, quand la photo de Jacques Rançon est publiée dans la presse après son interpellation pour le viol et le meurtre de Moktaria Chaïb en 1997. 

Quand Sabrina a été évacuée, le frère de Moktaria, s'est redressé du banc des parties civiles, hurlant à l'attention de l'accusé: "Je vais te retrouver fils de p., je vais te faire pire". Au président qui lui demandait de se calmer, il a répondu: "comment voulez-vous vous retenir?" 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/