1 min de lecture Dr Bonnemaison

Procès Bonnemaison : l'accusé critique la loi Leonetti sur la fin de vie

L'ancien urgentiste est accusé d'avoir empoisonné sept patients en fin de vie à l'hôpital de Bayonne. Au cours du premier jour de son procès, la loi sur la fin de vie a été au cœur des débats.

L'urgentiste Nicolas Bonnemaison à son arrivée pour son procès au tribunal de Pau le mercredi 11 juin 2014
L'urgentiste Nicolas Bonnemaison à son arrivée pour son procès au tribunal de Pau le mercredi 11 juin 2014 Crédit : NICOLAS TUCAT / AFP
Mathieu Delahousse et Raphaël Bosse-Platière

Le procès Bonnemaison, du nom du docteur accusé d'avoir accéléré la fin de vie de 7 patients, s'est ouvert ce mercredi 11 juin devant les assises de Pau.

Nicolas Bonnemaison a assuré qu'il n'a "jamais" commis ces actes pour libérer des lits. Selon lui, le critère était "la souffrance" des patients. "Il a raccourci des agonies", a justifié sa femme à la barre.

L'ex docteur, qui est resté assez évasif lorsqu'il s'est agi d'aborder les problèmes juridiques liés à la fin de vie, a tout de même reconnu une difficulté avec la loi Leonetti. La prise de décision avec les familles est très compliquée, a-t-il raconté, puisque celles-ci ont souvent un sentiment de culpabilité.

Les familles des victimes veulent comprendre

À ce jour, aucune des familles de victime n'a porté plainte. Mais deux d'entre elles se sont portées partie civile. Elles ne souhaitent pas accabler l'ex-médecin urgenstiste, mais cherchent à comprendre. "Ils ne lui en veulent pas forcément, mais ils ont des reproches à lui faire", explique à RTL Bernard Massera, l'avocat d'une des familles. 

Il était très important pour eux d'accompagner leur mère dans ses derniers instants

Maître Bernard Massera
Partager la citation
À lire aussi
L'urgentiste Nicolas Bonnemaison à son arrivée pour son procès au tribunal de Pau le mercredi 11 juin 2014 fin de vie
Après sa tentative de suicide, l'ex-urgentiste Nicolas Bonnemaison n'est plus en danger de mort

"Pourquoi n'ont-ils pas été informés ? Pourquoi ont-ils appris le décès de leur mère par un simple coup de téléphone ? Il était très important pour eux d'accompagner leur mère dans ses derniers instants. Je pense que c'est une demande tout à fait légitime", a déclaré l'avocat à l'issue de la première audience.

Nicolas Bonnemaison, qui comparaît libre, a été radié de l'ordre des médecins et risque la réclusion à perpétuité.

>
Compte-rendu du 1er jour d'audience du procès Bonnemaison Crédit Image : rtl | Crédit Média : Mathieu Delahousse | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Dr Bonnemaison Justice Euthanasie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants