1 min de lecture Justice

Poitiers : un prof de philo en garde à vue pour agressions sexuelles

L'homme fait l'objet de trois plaintes d'anciennes élèves. L'Éducation nationale ne l'a pas suspendu, arguant qu'il n'est pas mis en examen.

Des lycéens, à Nantes.
Des lycéens, à Nantes. Crédit : FRANK PERRY / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Quelques jours après le scandale du directeur d'école soupçonné de pédophilie en Isère, une nouvelle affaire est révélée. Un professeur d'un lycée de Poitiers a été placé en garde à vue mercredi 8 avril. Il est soupçonné d'agressions sexuelles sur trois anciennes élèves, en dehors de l'année scolaire, a-t-on appris jeudi auprès du parquet. 

Selon le procureur de la République de Poitiers Nicolas Jacquet, trois anciennes élèves, deux majeures et une mineure âgée de 17 ans au moment des faits, ont déposé plainte en décembre 2014 pour agressions sexuelles à l'encontre de l'enseignant de 52 ans, professeur de philosophie au lycée Camille-Guérin.

Le professeur n'a pas été suspendu

Les trois jeunes filles "étaient ses élèves au cours de l'année 2013-2014. Les faits dénoncés se seraient déroulés au cours du mois d'août 2014, en dehors de l'année scolaire", a précisé le procureur. Au moment des faits, "il n'est plus leur enseignant, mais il les a connues comme enseignant", a-t-il souligné. 

L'homme a été placé en garde à vue mercredi après-midi au commissariat de Poitiers. Le ministère de l'Education a confirmé le placement en garde à vue de l'enseignant. L'hypothèse d'une éventuelle suspension de l'enseignant sera examinée dans le cas où il serait mis en examen, a précisé le ministère.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Poitiers Violences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants