1 min de lecture Faits divers

Paris : un gang de voleurs chiliens en garde à vue

INFO RTL - Sept Chiliens et un Colombien sont en garde à vue pour avoir braqué une boutique de montres de luxe en plein Paris.

Le quartier de la Madeleine à Paris
Le quartier de la Madeleine à Paris Crédit : Xavier Francolon/SIPA
Olivier Boy
Olivier Boy et Clarisse Martin

Sept Chiliens et un Colombien sont en garde à vue depuis dimanche 5 février dans les locaux de la police judiciaire parisienne. Ils ont été arrêtés en flagrant délit alors qu'ils venaient de braquer une boutique de montre luxe en plein Paris avec un butin colossal 196 montres de luxe, pour une valeur de plus 300.000 euros. Ils étaient venus spécialement du Chili pour le braquage.

Dès leur arrivée en région parisienne, une dizaine de jours avant les faits, les policiers de la Brigade de répression du banditisme (BRB) les ont repéré. Ils venaient d'obtenir l'information qu'une bande de braqueurs sud-américains allait arriver à Paris. Ils sont arrivés en Europe via l'Espagne, avant de cheminer vers Paris. La semaine dernière, les policiers constatent leur arrivée. La bande se déplace avec de grosses berlines et ils louent un bel appartement dans le VIIe arrondissement de la capitale. Les jours suivants, ils multiplient les déplacements dans la capitale et repèrent des cibles potentielles, particulièrement des enseignes de bijoux ou des montres de luxe. Jusqu'au dimanche 5 février dans la soirée, les enquêteurs de la BRB les ont surveillé jouer et nuit.

Huit hommes déjà connus des services de police chiliens

Dans la nuit de dimanche à lundi 6 février, les 8 braqueurs passent à l'action, sans se savoir suivis par la police. Ils braquent une enseigne de luxe à proximité de la Madeleine, vendant des montres haut de gamme. Les policiers laissent faire, attendent qu'ils rentrent dans leur appartement du VIIe arrondissement et interviennent. L'usage en vigueur, pour éviter les affrontements. Depuis lundi 6 février, les huit hommes sont en garde à vue. Les autorités chiliennes ont confirmés qu'ils étaient déjà défavorablement connus des services de police chiliens. Ils devraient être déférés en vue de leur mise en examen, jeudi 9 février.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants