1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Montpellier : des étudiants occupant la fac de droit violemment expulsés
2 min de lecture

Montpellier : des étudiants occupant la fac de droit violemment expulsés

Les étudiants qui occupaient un amphithéâtre de la faculté de droit de Montpellier ont été frappés et violemment expulsés par des hommes cagoulés.

L'université de droit de Montpellier
L'université de droit de Montpellier
Laure-Hélène de Vriendt
Laure-Hélène de Vriendt

Il est un peu plus de minuit à la faculté de droit de Montpellier (Hérault), lorsque des hommes cagoulés pénètrent dans un amphithéâtre du bâtiment vendredi 23 mars. Entre 40 et 50 étudiants l'occupent, manifestant contre la réforme du bac et celle de l'accès aux études supérieures. Ils en sont violemment expulsés, comme le montrent les différentes vidéos postées sur les réseaux sociaux. 

Interrogé par Le Monde, un étudiant présent explique qu'un groupe "d'une dizaine d'individus, cagoulés et armés de bâtons et de morceaux de palettes de bois brisés se sont introduits dans l'amphithéâtre par les portes annexes, alors que les agents de sécurité de l'université gardaient les portes principales. Ils nous ont bousculés, frappés. Certains d'entre nous sont tombés à terre, ils ont encore été frappés". Un témoignage qui corrobore celui d'une autre étudiante, interrogée par France 3 juste après les événements : "Toutes les portes de derrière étaient condamnées, étaient fermées par l'administration", explique-t-elle.

Mais alors qui sont ces individus ? Les vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrent des membres du personnel de sécurité de l'établissement être présents dans l'amphithéâtre alors que les hommes cagoulés évacuent les étudiants. Ces derniers pointent du doigt le doyen de l'université Philippe Pétel et l'accusent d'avoir laissé faire l'évacuation. Interrogé par France 3, le doyen s'est défendu d'une quelconque implication.

Les images ont rapidement soulevé un flot d'indignation d'anonymes, comme de personnalités politiques. Philippe Augé, président de l'université de Montpellier, a déclaré au Monde qu'il comptait porter plainte contre X, préférant s'en remettre "à l'autorité judiciaire". La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a "condamné avec la plus grande fermeté ces actes de violence" et envoyé à Montpellier l'Inspection générale de l'administration de l'Éducation nationale et de la recherche. Après décision de la présidence de l'université de droit, l'établissement sera fermé jusqu'au lundi 26 mars. Samedi 24 mars, l'Université de Montpellier a annoncé que le doyen de la faculté de Droit, Philippe Pétel, démissionnait de ses fonctions.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/