2 min de lecture Mont-Blanc

Mont-Blanc : un Britannique abandonne son rameur à 4.300 mètres d'altitude

Un ancien militaire britannique est monté sur le toit de l'Europe avec son appareil de musculation, avant de l'abandonner à plus de 4.300 mètres d'altitude, a dénoncé un élu local, fustigeant les provocations successives d'"hurluberlus".

Yves Calvi RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Mont-Blanc : un Britannique abandonne son rameur à 4.300 mètres d'altitude Crédit Image : Serge Pueyo - DR | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Thomas Pierre
Thomas Pierre et Serge Pueyo

On ne compte plus les fantaisies de ceux qui gravissent le Mont-Blanc. Et la dernière en date illustre un peu plus cette surenchère d'incivilités. Samedi 31 août, Matthew Disney, un Britannique, est monté sur le toit de l'Europe avec un rameur, avant d'abandonner son appareil de musculation à plus de 4.300 mètres d'altitude. 

Le maire de Saint-Gervais-les-Bains a fustigé lundi ces provocations successives d'"hurluberlus", photos à l'appui. "Un membre des Royal commando de l'armée britannique" est allé "faire du rameur au sommet du Mont-Blanc". Il a abandonné ensuite son équipement dans un abri de détresse, à 4.362 mètres d'altitude, a révélé Jean-Marc Peillex.

La commune va devoir envoyer un hélicoptère pour récupérer ce rameur, soit un coût de 1.800 euros. "Fatigué par l'ascension, il a laissé son rameur à 4.300 mètres d’altitude", explique l'élu, sur RTL, au micro de Serge Pueyo.

"Monsieur Disney (...) s'est trompé de parc d'attractions"

Jean-Marc Peillex, maire de Saint-Gervais-les-Bains
Partager la citation

"Et maintenant, il faut le redescendre pour le mettre aux ordures. Donc il faut affréter un hélicoptère pour aller chercher le rameur de monsieur Disney, qui s'est trompé de parc d'attractions", ironise Jean-Marc Peillex, qui a "décidé de saisir l'ambassade de Grande-Bretagne à Paris pour payer cette facture". 

À lire aussi
Vue du Mont Blanc (illustation) Mont-Blanc
Canicule : les alpinistes appelés à reporter leur ascension du Mont-Blanc

Un week-end à classer dans les annales selon l'édile puisqu'au même moment un alpiniste allemand a monté "de force" et en pleine nuit son chien. L'animal est redescendu dimanche en vie mais les "pattes ensanglantées".

Deux marques "d'irrespect"

L'élu haut-savoyard, bien connu pour ses coups de sang, a donc décidé de rendre publiques ces deux marques "d'irrespect" avec une lettre ouverte à Emmanuel Macron dans laquelle il demande de "faire écrire et voter sans délai la réglementation qui permette dès 2020 de sanctionner sévèrement tous les hurluberlus qui y contreviendraient et restaurer ainsi la paix au Mont-Blanc".

Sans quoi ce joyau des Alpes, déjà menacé par le réchauffement climatique, est en passe de devenir un "parc d'attraction national où chacun pourra admirer des otaries jonglant avec des ballons ou y tirer de beaux feux d'artifice", ce qui entraînerait le "déclassement de ce site classé".

Atterrissage à 4.450 mètres

En juin, deux touristes suisses en avion s'étaient posés sans ciller à 4.450 mètres pour finir à pied vers le sommet, avant d'être interceptés par les gendarmes. Cet atterrissage n'étant passible que d'une amende de 38 euros, un sénateur PS a depuis déposé un projet de loi visant à renforcer les sanctions en cas d'atterrissage illégal en montagne.

De très nombreux alpinistes escaladent chaque année le plus haut sommet d'Europe occidentale avec 4.809 mètres, parfois dans de mauvaises conditions de sécurité ou de préservation de l'environnement.

Pour améliorer la situation et limiter la surfréquentation et les incivilités, les autorités locales ont pris en mai un arrêté obligeant toutes les personnes entreprenant l'ascension par la voie dite "normale" à être en possession d'une réservation en bonne et due forme dans l'un des trois refuges officiels du parcours.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mont-Blanc Faits divers Environnement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants