2 min de lecture Justice

Mineurs délinquants : la justice recherche des familles d'accueil

La justice recherche des familles d'accueil pour des adolescents, issus d'un environnement familial défaillant, qui ont commis une infraction. Ce mode de prise en charge les aide à s'intégrer et permet de lutter contre la récidive.

La justice a lancé une campagne pour trouver des familles d'accueil.
La justice a lancé une campagne pour trouver des familles d'accueil. Crédit : Ministère de la justice
Sarah Duhieu
Sarah Duhieu

Tout le monde a droit à un nouveau départ. Pour aider les mineurs délinquants à s'insérer, la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) recherche des familles d'accueil. Ces jeunes, âgés de 13 à 18 ans, ont commis une ou plusieurs infractions : dégradations, cambriolages, violences... Leur milieu social d'origine, peu protecteur, voire nocif, n'est pas une solution adaptée pour éviter la récidive. Ils ont donc été placés dans des unités éducatives, et certains alternent avec un hébergement individualisé en famille-relais.

"Les familles d’accueil permettent aux jeunes de prendre de la distance et de reprendre certaines habitudes de vie", explique la PJJ dans un communiqué. "Les jeunes accueillis ont avant tout besoin de personnes solides et disponibles, en mesure de comprendre leur situation et de s’y adapter, tout en leur offrant un cadre rassurant."


Les familles d'accueil choisissent combien de temps elles souhaitent accueillir le jeune : en semaine, le week-end ou seulement pendant les vacances scolaires. Elles reçoivent une indemnité journalière de 36€ pour la nourriture et l'hébergement, toutes les autres dépenses (vêtements, transport, soins...) sont prises en charge par la PJJ. Tout le monde peut accueillir un jeune, quelle que soit sa situation maritale ou son lieu de résidence. Les deux seules conditions sont d'avoir un casier judiciaire vierge et une chambre pour l'adolescent, pour lui laisser un espace privé.

Réinsérer les mineurs, priorité de la justice

Les personnes qui souhaitent devenir famille d'accueil doivent se rapprocher de l'établissement de la PJJ le plus proche de chez eux. Ils rencontrent ensuite les agents en charge du suivi éducatif du jeune qui leur est confié, et concluent avec l’établissement une convention qui détermine leur rôle et le cadre de leur intervention. Ils seront ensuite accompagnés par les agents de la PJJ, qu'ils pourront contacter 24h/24 en cas de besoin.

À lire aussi
Bébé (illustration) justice
Mort du bébé d'un couple salafiste : le père condamné à 18 ans de prison, la mère à 5 ans

L'insertion des mineurs délinquants est une priorité de la justice française. Pour accompagner les jeunes ayant commis une infraction, la PJJ dispose de plusieurs moyens : les foyers collectifs classiques (dans 47% des cas), les centres éducatifs fermés (20%), les centres éducatifs renforcés (11%) et les Unités Éducatives d'Hébergement Diversifié (22%). Ce sont ces dernières qui mettent en oeuvre des placements en famille d'accueil, en foyers jeunes travailleurs ou en appartements de semi-autonomie.

La France compte environ 500 familles d'accueil pour jeunes délinquants.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Mineurs France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants