2 min de lecture Haute-saône

Meurtre d'Alexia Daval : la nouvelle version de Jonathann Daval

Le mari d'Alexia Daval nie avoir tué sa femme. Selon lui, l'ensemble de sa famille a passé un "pacte secret" pour dissimuler sa mort.

Jonathann Daval entouré des parents d'Alexia, la joggeuse retrouvée morte en octobre dernier
Jonathann Daval entouré des parents d'Alexia, la joggeuse retrouvée morte en octobre dernier Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
Floriane Valdayron
Floriane Valdayron
et AFP

"La version de Jonathann Daval est très claire : il n'a pas tué son épouse", assure son avocat, Randall Schwerdorffer. Un renversement de situation puisque c'est bien son client qui avait avoué cinq mois plus tôt avoir étranglé Alexia Daval, la jeune femme de 29 ans dont le corps avait été retrouvé partiellement calciné dans un bois en Haute-Sône, le 30 octobre dernier.

L'informaticien de 34 ans a été auditionné par un juge d'instruction à sa demande, mercredi dernier, le 27 juin. Voici sa version des faits : le 27 octobre 2017, alors que le couple dînait chez les parents d'Alexia avec sa sœur Stéphanie, et son mari Grégory, la jeune femme a fait une crise d'hystérie. En tentant de la maîtriser, son beau-frère, Grégory Gay, l'aurait étranglée - accidentellement, donc. L'ensemble de la famille aurait fait "un pacte secret" pour dissimuler la vérité, a assuré Jonathann au magistrat. Son avocat précise que "personne n'est pointé du doigt" et ne veut "ni confirmer ni infirmer" des possibles accusations visant les membres de la famille d'Alexia.

"A partir du moment où Jonathann conteste les faits qui lui sont reprochés, il est bien évident que d'autres pistes doivent être explorées", a souligné son avocat. La sœur, le beau-frère, et les parents d'Alexia ont été auditionnés par le juge d'instruction ce mercredi 4 juillet. "C'est un véritable cauchemar", a soufflé à BFMTV Isabelle Fouillot, sa mère. "Je démens formellement les accusations de Jonathann Daval", a déclaré quant à lui Grégory Gay. 

La réclusion criminelle à perpétuité en jeu

D'après une source de l'AFP, à ce stade de l'enquête, les éléments matériels ne permettraient pas de soupçonner une éventuelle complicité et corroboreraient la première version de Jonathann. Celle-ci date du 30 janvier, alors que l'informaticien était en garde à vue.

À lire aussi
Un camion de pompiers (illustration). faits divers
Haute-Saône : 200 élèves évacués après une intoxication au monoxyde de carbone

S'il avait nié avoir brûlé le corps de sa femme, il avait avoué qu'elle et lui connaissaient de "fortes tensions" face à la difficulté qu'ils avaient à concevoir un enfant. Ils en seraient venus aux mains, et, voulant "maîtriser" sa femme, il l'aurait étranglée. Il a insisté sur le fait qu'il ne "voulait pas" la tuer. La procureure de la République de Besançon, Edwige Roux-Morizot, n'y croyait pas, assurant que "la mort avait été donnée volontairement et non pas accidentellement". L'autopsie avait révélé qu'Alexia avait bien été étranglée, mais qu'elle avait également été victime de violences et de coups. 

Avant ces aveux, Jonathann avait passé trois mois à tenir le rôle du veuf éploré. Ce n'est qu'en janvier que les enquêteurs se sont intéressés de plus près à lui. En cause : le témoignage d'un voisin, qui disait avoir entendu une voiture quitter le domicile conjugal la nuit du meurtre. Un indice confirmé par le dispositif de traçage du véhicule professionnel de l'informaticien. Enfin, les traces de pneus situées à proximité du corps pouvaient correspondre avec celles de la voiture du trentenaire. Indice supplémentaire : un morceau de tissu pouvant provenir des draps des Daval avait été découvert sur le corps de la victime. 

Jonathann est toujours en examen pour "meurtre sur conjoint". Il est placé en détention provisoire à la maison d'arrêt de Dijon et encourt la réclusion criminelle à perpétuité.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Haute-saône Faits divers Décès
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants