2 min de lecture Justice

Marseille : prison requise contre une élue qui avait refusé de célébrer un mariage gay

Le parquet a requis mardi trois mois d'emprisonnement et 1.500 euros d'amende pour discrimination à l'encontre de Sabrina Hout, ancienne adjointe de Samia Ghali, maire PS du 8e secteur de Marseille.

Sabrina Hout accompagnée de son avocat Alain Lhote, à Marseille le 1er septembre 2015
Sabrina Hout accompagnée de son avocat Alain Lhote, à Marseille le 1er septembre 2015 Crédit : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon
et AFP

Trois mois d'emprisonnement et 1.500 euros d'amende pour discrimination ont été requis à l'encontre de Sabrina Hout, mardi 1er septembre. L'ancienne adjointe de Samia Ghali, la maire PS du 8e secteur de Marseille, est jugée pour avoir refusé de célébrer un mariage entre deux femmes, en août 2014. Le délibéré du procès sera rendu le 29 septembre prochain.

L'affaire remonte précisément au 16 août 2014. Ce jour-là, le mariage de deux femmes d'une cinquantaine d'années doit être célébré. Mais au moment de la cérémonie, Sabrina Hout explique qu'elle ne sent pas très bien. L'élue avait pourtant célébré d'autres unions le même jour, avant et après celle-ci. Elle confie alors le mariage des deux personnes à un conseiller d'arrondissement, non habilité. Un élément qui a eu pour conséquence l'annulation de l'acte de mariage par la justice.

Depuis, la sénatrice Samia Ghali a retiré sa délégation à la femme de 39 ans, qui avait écopé d'un simple rappel à la loi pour "faux et usage de faux en écriture publique" par rapport à ce mariage.

Sabrina Hout reconnaît avoir eu "des réticences"

Seulement, devant le tribunal, les deux fonctionnaires de mairie présentes ce jour-là, ainsi que le conseiller d'arrondissement qui a célébré l'union, ont tous témoigné du fait que Sabrina Hout avait mis en avant ses "convictions religieuses" musulmanes, expliquant qu'elle "irait en enfer", pour ne pas conduire cette célébration.

À lire aussi
L'ancienne ministre de l'Écologie Corinne Lepage, le 7 mars 2016 à Genève justice
Lepage porte plainte contre François Bayrou pour "dénonciation calomnieuse"

Ce procès est "une première depuis la loi de 2013" sur le mariage homosexuel, a souligné la représentante du parquet lors de l'audience. "Les faits de discrimination subie par les plaignantes, pour exceptionnels qu'ils soient, n'en sont pas moins inacceptables. La réparation attendue par les victimes est parfaitement légitime", a-t-elle poursuivi en mettant en exergue les "édifiants stratagèmes d'évitement, constitutifs de la discrimination".

Face à ces accusations, Sabrina Hout a oscillé entre excuses et justifications : "Je suis vraiment désolée. J'ai honte d'avoir fait ce que j'ai fait, si ça a été interprété comme de l'homophobie". Elle précise cependant que le déroulement des événements n'est qu'un "mauvais concours de circonstances". Et si elle assure considérer les "personnes homosexuelles à égalité avec toute le monde, vous comme moi", elle a tout de même reconnu du bout des lèvres avoir eu "des réticences à célébrer un mariage homosexuel" car "c'est quelque chose de nouveau".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Mariage homosexuel Mariage pour tous
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants