1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Marseille : à deux doigts d'être licenciée pour avoir accepté des sandwiches périmés
1 min de lecture

Marseille : à deux doigts d'être licenciée pour avoir accepté des sandwiches périmés

Une agent de sécurité d'un Carrefour des Bouches-du-Rhône a failli être licenciée pour avoir accepter de récupérer des sandwiches périmés pour sa consommation personnelle.

Marseille : licenciée pour avoir accepté des sandwiches périmés
Marseille : licenciée pour avoir accepté des sandwiches périmés
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Paul Véronique

Une femme de 49 ans, employée comme agent de sécurité par le groupe Mondial Protection, travaillait comme agent de sécurité pour un supermarché Carrefour, dans les Bouches-du-Rhône. Après deux ans de bons et loyaux services, elle a manqué de peu d'être licenciée. Sa faute, avoir accepté de récupérer pour sa consommation personnelle, des sandwiches périmés issus d'un distributeur automatique destiné au personnel du supermarché, rapporte La Provence

"J'ai accepté, car je peux nourrir mes enfants avec. Jamais je n'ai pensé à mal puisque c'était destiné à la poubelle", raconte cette dame. Elle ajoute que cela ne lui est arrivé que "trois fois" en "deux ans" au sein de l'enseigne. Une fois de trop visiblement. Alors qu'un jeune employé de Carrefour allait lui remettre les sandwiches dans la voiture, deux chefs de la sécurité, du magasin lui sont tombés dessus.  Après l'avoir accusé de vol, ils lui ont demandé de "quitter le site de carrefour". 

Retournement de situation

Plus tard, l'ex-agent de protection aurait reçu un courrier de Mondial Protection l'informant de sa "mise à pied à titre conservatoire" puis d'un "entretien préalable au licenciement". Contactée par La Provence, la direction du supermarché a assuré qu'il s'agissait uniquement la décision de l'entreprise de sécurité, alors qu'il semblerait que c'est bien Carrefour qui ait exigé son renvoi du site. Son emploi était sur la sellette, mais les deux firmes ont finalement fait marche arrière. Un retournement de situation surprenant

Mondial Protection a affirmé que l'agent de sécurité faisait toujours partie de ses "effectifs". Elle a aussi confié "faire un recensement des postes disponibles afin de lui faire une proposition de mutation la plus appropriée à sa situation personnelle, sur l'un des sites de l'agence de Marseille". De son côté, la direction nationale de Carrefour s'est dit "très sensible à sa situation" et prête à l'accueillir dans le magasin qui avait demandé son départ.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/