3 min de lecture Drogue

Marseille : les nouvelles ficelles marketing du business de la drogue

ENQUÊTE - Livraison, fidélisation sur les réseaux sociaux et panneau tarifaire à la mode d’Amsterdam : les trafiquants de drogue marseillais boostent leurs services marketing pour faire face à la concurrence.

Une vue du Vieux Port à Marseille, où les trafiquants de drogue boostent leurs services marketing pour faire face à la concurrence
Une vue du Vieux Port à Marseille, où les trafiquants de drogue boostent leurs services marketing pour faire face à la concurrence Crédit : BORIS HORVAT / AFP
Générique 1
Hugo Amelin édité par Quentin Marchal

C'est un fléau qui se fait de plus en plus grandissant sur la Canebière. À Marseille, la brigade des stupéfiants répertorie entre 120 et 130 points de deal. Ces "fours" détaillent herbe, résine et cocaïne de midi à minuit grâce à une armée de petites mains recrutées dans la cité, juste à côté, puis dans la ville voisine et maintenant bien au-delà. 

Un jeune homme de 16 ans, originaire de Chartres, en est le tragique exemple : échappé de son foyer, il s’est mis en tête de trouver un "job d’été" dans une cité du XIVème arrondissement de la cité phocéenne. Dealer, il a été retrouvé torturé au chalumeau par des concurrents il y a quelques jours

Sébastien Lautard, commissaire divisionnaire "aux stups" de Marseille voit fréquemment ce genre de profils. "On a de plus en plus de jeunes, mêmes mineurs, qui viennent de départements lointains, on en a de Lille, de la région parisienne. Ils voient cela comme un job estival, comme les vendanges à l’époque. Là on les voit dealer sur le point de vente de stupéfiants et travailler pour le réseau".

Des panneaux indiquent substances et tarifs en pleine ville

Pour continuer d’attirer des clients malgré ces sanglants fait-divers, les réseaux travaillent la forme. Inspirés des coffee shop d'Amsterdam, des panneaux avec des inscriptions au feutre Velleda indiquent substances et tarifs, voir promotions à l’entrée d’un point de deal. "Amenésia. 2,2 grammes, effet super evil stoned. Super Marocain, 100 grammes pour 380 euros. Ou encore écailles de poisson, pure à 92% en provenance de Bolivie".

Des panneaux indiquent les substances et tarifs d'un point de deal à Marseille.
Des panneaux indiquent les substances et tarifs d'un point de deal à Marseille. Crédit : Hugo Amelin
À lire aussi
De la cocaïne (illustration) drogue
Cocaïne échouée en Atlantique : "C'est extrêmement rare", dit Vincent Groizeleau

Christophe Castaner en était resté interloqué lorsqu’il avait découvert l’un de ces tableaux lors d’une descente de la bac, au printemps dernier, filmée par nos confrères du journal La Provence. Pour Julien et Youness, fumeurs de joint, "c’est comme dans un restaurant, ça permet de voir la carte, de choisir son menu. Certains viennent avec une idée précise et repartent avec un autre produit, c’est du marketing". "Tout est fait pour imiter le commerce licite" commente de son côté Sébastien Lautard. 

La communication digitale est également fortement utilisée par les dealers. L'application Snapchat par exemple permet d’envoyer à leur communauté les coordonnées de géolocalisation ainsi que des photos et des vidéos détaillant l'endroit, la consistance et le prix de la marchandise

Les dealers utilisent l'application Snapchat pour prévenir leurs clients.
Les dealers utilisent l'application Snapchat pour prévenir leurs clients. Crédit : Hugo Amelin

Au rayon nouveauté également : de la marijunana aromatisée à la framboise ou la menthe, qui surfe sur la mode des narguilés. Pour venir l'acheter, les clients prennent maintenant des VTC, n’hésitant pas à payer pour parcourir 20 kilomètres jusqu'au point de vente. Coincé par leur application, les chauffeurs ont du mal à refuser et deviennent complices de la transaction.

La livraison à domicile comme alternative

Pour éviter les descentes, certains dealers optent depuis des années pour la livraison à domicile. Plus chère, mais plus pratique pour le client, qui commande par le biais d’un texto. "C’est plus pour dépanner, quand les gens n’ont pas envie de monter dans les quartiers nord" affirme Julien.  

Le nombre de règlement de comptes est d'ailleurs en diminution cette année à Marseille. "Des équipes spécialisées dans les assassinats ont été interpellés ces dernières années. Depuis un calme relatif règne, mais pour nous c’est toujours assez éphémère. La violence reste très présente chez les trafiquants, on le voit à la manière dont ils traitent leurs propres "employés". On sait très bien que les règlements de comptes risquent de reprendre à un moment donné" souligne le commissaire. 

Pour les éviter, les policiers Marseillais gardent un œil sur certains détenus, comme l’ancien "boss" de la cité de la Castellane, qui sera libéré sous peu. Consommateurs et enquêteurs en conviennent : une éventuelle légalisation ne réglerait pas le problème des plus jeunes perdus dans ce trafic, véritable classe ouvrière du cannabis. 

Une association spécialisée dans la réinsertion de détenus travaille de son côté sur un projet de diplôme, une validation d’acquis pour les dealers repentis, qui ont appris à gérer un stock et à prendre soin de leur clientèle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Drogue Marseille Délinquance
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants