1 min de lecture Faits divers

Lyon : une militaire de l'opération Sentinelle agressée par un déséquilibré

Inconnu des services de police, le suspect était suivi pour des troubles psychiatriques. Son but aurait été de se faire abattre par les militaires qui montaient la garde dans le 3e arrondissement.

Image d'illustration - Un militaire de l'opération Sentinelle
Image d'illustration - Un militaire de l'opération Sentinelle Crédit : THIERRY CHAPPÉ / AFP
Amélie James
Amélie James

Mardi 24 août, une militaire de la force Sentinelle a été agressée à Lyon, selon des informations rapportées par Le Progrès et confirmées par plusieurs médias nationaux.

Les faits se sont déroulés aux alentours de 20 heures, sur la place Arsonval, près de l'hôpital Herriot à Lyon. Un homme d'une cinquantaine d'années a attaqué une militaire en faction en tentant de l'étrangler. Rapidement maîtrisé par les autres soldats qui se trouvaient sur place, l'homme a été conduit à l'hôtel de police.

Le quinquagénaire était suivi pour des troubles psychiatriques. Il était inconnu des services de police mais son dossier médical faisait état de son comportement violent. Il a été interné d'office dans un établissement spécialisé situé à proximité de Lyon. Selon des informations révélées par LCI, le suspect aurait des tendances suicidaires. Son but aurait été de se faire tuer par les militaires qui montaient la garde dans le 3e arrondissement lyonnais.

Repenser ce mode de défense

Un incident qui surgit quelques jours après l'attaque ciblée de six militaires de l'opération Sentinelle à Levallois, qui avait d'ailleurs poussé le gouvernement à repenser ce mode de défense afin de le rendre "plus mobile"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Lyon Militaires
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants