1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Lutte contre la pollution : le système des pastilles est-il une écologie punitive ?
2 min de lecture

Lutte contre la pollution : le système des pastilles est-il une écologie punitive ?

REPLAY - Me Matthieu Lesage, membre du club de réflexion et d'action "Automobilité et avenir", et Eric Piolle, maire Europe Écologie - Les Verts de Grenoble, ont commenté le nouveau système de pastilles écologiques prôné par Ségolène Royal.

Vincent Parizot et Christelle Rebiere
Vincent Parizot et Christelle Rebiere
Crédit : Elodie Grégoire
Lutte contre la pollution : le système des pastilles est-il une écologie punitive ?
11:16
Christelle Rebière & Vincent Parizot

Les automobilistes pourront appliquer dès le début de l'année 2016 le nouveau dispositif de pastilles écologiques prôné par la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal. Il sera effectivement possible de déterminer le niveau de pollution d'une voiture en se basant sur la couleur de la vignette apposée sur le pare-brise.

Les pastilles écologiques seront disposées en sept couleurs différentes, allant du bleu clair pour les voitures électriques jusqu'au gris pour les plus anciennes et les plus polluantes. Elles seront attribuées selon l'âge, la motorisation et l'émission de dioxydes d'azote et de particules fines du véhicule. Il est à noter que ce système est facultatif et également gratuit pendant les six premiers mois, après sa mise en place. Par la suite, les conducteurs devront débourser cinq euros.

Ces certificats qualité de l'air ont été présentés pour inciter les automobilistes à opter pour des voitures moins polluantes et ainsi circuler plus facilement.

Selon Me Matthieu Lesage, avocat et membre du club de réflexion et d'action "Automobilité et Avenir", la ministre de l'Écologie Ségolène Royal essayerait de remettre au goût du jour le vieux concept de la pastille. Ce système va permettre aux véhicules d'avoir facilement accès au centre-ville. Toutefois, il estime que le fait de parler de volontariat pourrait compliquer les démarches d'application du dispositif. Pour bénéficier des possibilités de circulation, les propriétaires des voitures devront apposer la bonne pastille, au risque d'être exclus. Cette mesure reste donc une contrainte pour les automobilistes.

Il faut se méfier du mot 'volontariat'. Bien que Ségolène Royal soit contre l'écologie punitive, la pastille reste une mesure de contrainte.

Me Matthieu Lesage, avocat
À lire aussi

D'après Eric Piolle, maire Europe Écologie - Les Verts de Grenoble, l'objectif de la mise en place du système des pastilles est d'avancer vers une ville plus respirable. Il faut améliorer la qualité de l'air pour faire augmenter l'espérance de vie. Pour cela, ce volet automobile est un bon complément du travail actuel sur les transports en commun, les cycles et les piétons. Ainsi, par exemple, certains secteurs de Grenoble ne seraient autorisés qu'aux véhicules porteurs d'une pastille d'une certaine couleur, avec un volet stationnement.

Certes, ce concept est une nouvelle contrainte. Mais, en mettant en place des tarifications solidaires pour les transports en commun et des aménagements adéquats aux cycles et aux piétons, le comportement des gens pourrait changer. Il y a d'ailleurs en Europe, plus de 200 villes qui ont mis en place une mesure de ce type. 

On doit pouvoir offrir le bon mode de déplacement, à la fois d'un point de vue environnemental et social.

Eric Piolle, maire Europe Écologie - Les Verts de Grenoble
RTL vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/