1 min de lecture Justice

Loir-et-Cher : prison ferme et sursis pour le viol collectif d'un lycéen

Lors d'une soirée en mars 2012, un adolescent est tombé dans un coma éthylique et a été violé à plusieurs reprises par ses camarades, qui ont filmé la scène.

Une paire de menottes dans une commissariat de police d'Arras, le 20 novembre 2013
Une paire de menottes dans une commissariat de police d'Arras, le 20 novembre 2013 Crédit : AFP / PHILIPPE HUGUEN
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Quatre jeunes ont été condamnés par la cour d'assises des mineurs de Blois à des peines de prison ferme ou avec sursis pour le viol collectif d'un lycéen de Vendôme (Loir-et-Cher) en 2012.

En mars 2012, lors d'une soirée de beuverie au domicile de l'un des adolescents, des jeunes sans histoire, la victime est tombée dans un coma éthylique et a été violée à plusieurs reprises. Huit adolescents étaient appelés à comparaître devant la cour mais quatre accusés ont été finalement renvoyés devant le tribunal pour enfants statuant en matière criminelle.

La scène filmée et difusée

Au terme de six jours de débats et près de sept heures de délibération, le principal accusé a été condamné à une peine de cinq ans d'emprisonnement dont deux ans avec sursis et un autre jeune homme s'est vu infliger cinq ans de prison dont trois ans avec sursis. Tous deux ont été incarcérés immédiatement.

Un troisième accusé, déjà détenu, a été condamné à trois ans de prison dont deux avec sursis. Un quatrième adolescent, qui avait filmé la scène avec un téléphone portable et diffusé des images du viol, a été condamné à quatre ans de prison avec sursis.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Info Faits divers
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants