3 min de lecture Patrick Balkany

Le train de vie de Patrick Balkany risque de le priver de son immunité parlementaire

REPLAY - L'Assemblée nationale se prononce ce mercredi 18 mars sur la levée d'immunité parlementaire du député UMP des Hauts-de-Seine. Au cœur de l'enquête : un patrimoine secret.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Le train de vie de Patrick Balkany risque de le priver de son immunité parlementaire Crédit Image : THOMAS SAMSON / AFP | Crédit Média : Jean-Alphonse Richard | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard et Loïc Farge

"Je n'ai pas de société, je n'ai pas de compte. Ce sont des fariboles, des affabulations. Quand on a rien à se reprocher, on se sent bien". Ainsi s'exprimait Patrick Balkany le 21 octobre 2014 à la sortie du bureau des juges. Il venait d'être mis en examen pour corruption passive et blanchiment de fraude fiscale dans une enquête visant aussi son épouse.

Aujourd'hui, les juges veulent aller plus loin. Ils demandent la levée de son immunité parlementaire. Réponse ce mercredi 18 mars en début d'après-midi. Vingt-deux parlementaires du bureau de l'Assemblée nationale vont sans doute accepter cette levée d'immunité.

Cela permettra aux juges Renaud van Ruymbeke et Patricia Simon de reconvoquer le député-maire de Levallois-Perret. Le but est de la placer sous contrôle judiciaire (selon eux, les faits sont gravissimes) et de lui retirer son passeport, pour l'empêcher de quitter le territoire.

La double vie du couple Balkany

Au cœur de cette enquête : le patrimoine secret, et surtout non déclaré, du couple. C'est la double vie de Patrick et Isabelle Balkany. "Leurs déclarations de patrimoine sont au minimum mensongères", écrivent les policiers dans un rapport. Trois notes de la cellule anti-blanchiment Tracfin décrivent notamment des propriétés dissimulées au Fisc.

À lire aussi
Patrick Balkany et sa femme le 13 septembre 2019 affaire Balkany
Procès Balkany : le maire de Levallois condamné à 5 ans de prison pour blanchiment

Bienvenue à la fabuleuse "Villa Pamplemousse". Saint-Martin, aux Antilles : une presqu'île discrète, Pamplemousse émerge dans un un jardin tropical. Valeur minima : 3 millions d'euros. Isabelle Balkany, mise en examen, a finalement reconnu que le couple était bien propriétaire du domaine.

Bienvenue aussi au moulin de Cossy. Quatre hectares à Giverny, le village du peintre Claude Monet. Un golf, deux piscines, tableaux de maître et meubles précieux. Les juges se demandent pourquoi ce trésor n'a jamais été déclaré à la Haute autorité de la transparence de la vie politique.

Bienvenue enfin à Marrakech. Le riad Dar Gyucy : 1.600 mètres carrés dans une palmeraie. Les Balkany démentent être propriétaires. Les juges les soupçonnent d'être bel et bien derrière un trust international qui en assure la gestion.

Miraculeuse rivière d'argent

De l'immobilier de luxe, du personnel de maison, des voyages : c'est ce train de vie, incompatible avec ses revenus, qui risque de priver Patrick Balkany de son immunité. Le député-maire déclarait en 2012 un peu plus de 87.000 euros de revenus. Avec toutefois un solde bancaire positif de 375.000 euros et des mouvements à son crédit de 2 millions d'euros. Une miraculeuse rivière d'argent dont les juges n'ont pas identifié toutes les sources.

"On ne prête qu'aux riches", dit le dicton. Mais les juges ne cherchent-ils pas à faire tomber Patrick Balkany parce que c'est un proche de Nicolas Sarkozy ? C'est ce que répète le député-maire. "À travers moi, c'est lui que l'on cherche", dit-il volontiers à ses visiteurs.

Les juges n'ont jamais été aussi près du député-maire de Levallois-Perret

Jean-Alphonse Richard
Partager la citation

Il aime aussi ajouter qu'il paye sa mauvaise réputation judiciaire. Une condamnation en 1996 pour avoir employé à son service privé des agents municipaux : deux ans d'inéligibilité. Il est à nouveau soupçonné aujourd'hui d'utiliser du personnel municipal.

"Balka" gros cigares et grande gueule quand il critique en 2013 le plan de transparence imposé aux parlementaires. "Ça ne va pas s'arrêter là. Vous allez tous être déshabillés. Vous allez venir avec votre petit string à la main", lançait-il.

Des tirades qui n'ont jamais impressionné les juges. Après quinze mois d'enquête, ils n'ont jamais été aussi près du député-maire de Levallois-Perret.   

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Patrick Balkany Justice Affaires
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants