1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Jumeaux fauchés sur l'île d'Oléron : "Cette nuit-là, je ne l'oublierai jamais", raconte le père
2 min de lecture

Jumeaux fauchés sur l'île d'Oléron : "Cette nuit-là, je ne l'oublierai jamais", raconte le père

REPLAY / TÉMOIGNAGE - En août 2011, Nathan et Quentin, 15 ans, étaient tués percutés par un camion-benne. Le procès des deux chauffards responsables de l'accident débute le 8 octobre à La Rochelle.

On estime que la dégradation des routes est un facteur clé dans la moitié des accidents automobiles.  (illustration)
On estime que la dégradation des routes est un facteur clé dans la moitié des accidents automobiles. (illustration)
Crédit : FRED TANNEAU / AFP
Ouverture du procès des deux chauffards de l'île d'Oléron
02:12
Philippe De Maria & Camille Kaelblen

Quatre ans après les faits, la colère et l'indignation grondent encore. Le 8 octobre s'ouvre le procès des deux chauffards responsables de la mort de deux ados sur l'île d'Oléron. Tous les éléments accablent les deux hommes, qui conduisaient sous l'emprise de stupéfiants. Cette nuit d'août 2011, les jumeaux Nathan et Quentin, 15 ans, sont à la fête de la mer de l'île d'Oléron avec leurs amis. Leur père s'inquiète et propose, par téléphone, de venir les chercher. Les deux frères lui répondent que tout va bien et qu'ils rentreront par leurs propres moyens. 
Alors le père attend, un peu nerveux. Son téléphone sonne : c'est une amie de ses fils qui lui annonce le drame. Quelques minutes plus tôt, le groupe d'enfants a dû éviter un homme qui zigzaguait sur son scooter alors qu'en face arrivait un camion-benne, qui percute les deux ados, tués sur le coup. L'enquête qui suit le drame accable les deux chauffeurs. Le pilote du scooter roulait avec près de deux grammes d'alcool dans le sang, sous cocaïne et cannabis ; le chauffeur du poids lourd était également positif au cannabis. Les deux hommes comparaissent libres le 8 octobre devant le tribunal correctionnel de La Rochelle. 

La drogue, l'alcool : malheureusement, y'a rien de fait. Pour moi, y'a pas de combat à ce niveau-là.

Jean-Marc Delaurent, père des deux victimes

Quatre ans ont passé depuis le drame mais le père des deux victimes, lui, est toujours sous le coup de la colère et de l'émotion. "Cette nuit-là, je ne l'oublierai jamais, jamais, jamais. Tu n'as pas le droit de prendre du bonheur, t'es en deuil ! Et ça, c'est continuellement dans la tête", témoigne le père au micro de RTL, avant de s'indigner contre le manque d'action des autorités pour réduire le nombre de morts sur la route. "Est-ce que l'État se bat contre l'alcool et la drogue au volant ? Il y a combien de temps que vous avez pas soufflé dans un ballon ?", questionne-t-il. Avant d'ajouter : "La drogue, l'alcool, malheureusement, il n'y a rien de fait. Pour moi, il n'y a pas de combat à ce niveau-là".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/