1 min de lecture Faits divers

IUT de Saint-Denis : "Aucun directeur d'établissement n'imagine vivre cela", dit Guillaume Borderie

RÉACTION - Menacé de mort pour avoir dévoilé un système de contrats avec des vacataires fantômes, le directeur de l'IUT de Saint-Denis est soutenu par ses collègues.

L'Institut universitaire de technologie de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis
L'Institut universitaire de technologie de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis Crédit : Raphaël Vantard
Raphaël Vantard Journaliste RTL

Le directeur de l'IUT de Saint-Denis a fait l'objet de menaces de mort. Une quinzaine de lettres anonymes lui ont été envoyées après qu'il ait dévoilé un système de contrats avec des vacataires fantômes

Les professeurs, choqués, font corps autour de lui. Guillaume Borderie, le président de l'association des directeurs des IUT de France explique avoir "reçu beaucoup de messages à transmettre à notre collègue de Saint-Denis, de la part de tous les IUT de France". 

Une vive émotion dans la profession

"L'émotion est évidemment assez forte", estime-t-il au micro de RTL. "On est dans une situation qu'aucun directeur d'établissement n'imagine vivre. Il faut désormais essayer de canaliser cette émotion, pour être en mesure de faire notre métier de chef d'établissement", ajoute Guillaume Borderie. 

Le président de l'association des directeurs des IUT de France explique qu'une "enquête est ouverte et il est impossible de statuer. Il faut que tout cela suive son cours, normalement". 

>
IUT de Saint-Denis : "On est dans une situation qu'aucun directeur d'établissement n'imagine vivre", explique le président des directeurs des IUT de France Crédit Image : RTL | Crédit Média : Raphaël Vantard | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Seine-Saint-Denis École
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants