1 min de lecture Éducation nationale

Institutrice poignardée à mort : la ville d'Albi sous le choc

REPORTAGE - Dans la petite ville où une enseignante s'est faite poignarder à mort par une mère d'élève, parents et enfants sont sous le choc.

Les secours devant l'école d'Albi où une enseignante a été mortellement poignardée par une mère d'élève, le 4 juillet 2014.
Les secours devant l'école d'Albi où une enseignante a été mortellement poignardée par une mère d'élève, le 4 juillet 2014. Crédit : ERIC CABANIS / AFP
Patrick Tejero Journaliste RTL

Au lendemain de la mort d'une institutrice, poignardée vendredi 4 juillet par la mère d'une élève, la petite ville d'Albi (Tarn) est sous le choc. Un bouquet de fleurs est posé devant la porte de l'école où Séverine, mère de deux enfants, a été tuée. 

"Comment on va reprendre à la rentrée l'année prochaine ? Se demande la mère d'une élève de cette école. C'est triste, la dame va aller dans un endroit où l'on va la prolonger parce qu'elle est folle".

Des psychologues au service des enfants

L'auteur des faits, une femme de 47 ans, était connue des services de police pour des faits remontant à janvier dernier. Elle devrait désormais être internée en hôpital psychiatrique. "Ce n'est pas normal", estime une mère.

Des équipes de psychologues se tiennent à la disposition des parents et surtout des enfants pour tenter de réduire la portée du traumatisme. Au moment des faits, ils étaient 14 dans la salle de classe où l'institutrice s'est faite poignarder.

>
La ville d'Albi sous le choc après le meurtre d'une institutrice en pleine classe Crédit Image : RTL | Crédit Média : Patrick Tejero | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Faits divers Tarn
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants