2 min de lecture Inceste

Inceste : "Touche pas à l'enfant, c'est un crime", clame un ex-président du tribunal pour enfants

INVITÉS RTL - Jean-Pierre Rosenczveig, ancien président du tribunal pour enfants de Bobigny et Marie-Estelle Dupont, psychologue clinicienne et psychothérapeute, s'expriment sur l'inceste et la libération de la parole de ces dernières semaines.

Thomas Sotto L'Entretien du Jour Thomas Sotto iTunes RSS
>
L'Entretien du Jour du 03 février 2021 Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto édité par Pierre Griner

Il y avait l'affaire "Duhamel", voici désormais l'affaire "Berry". "Le problème dans ce pays, c'est qu'il faut un scandale avec des gens qui ont de la notoriété pour qu'une cause s'exprime" a déploré Jean-Pierre Rosenczveig, ancien président du tribunal pour enfants de Bobigny, à propos de l'inceste. "La société a refusé de voir pendant des années" a poursuivi celui qui aussi l'auteur des Droits de l'enfant pour les nuls.


Marie-Estelle Dupont, psychologue clinicienne et psychothérapeute, constate chez ses patients victimes d'inceste "un soulagement, avec cette prise de conscience collective" avec "l'infime espoir que quelque chose puisse changer pour les générations d'après." À propos de l'omerta familiale : "L'inceste n'est pas un événement ponctuel et brutal, c'est un système familial gangréné".

Reconnaître le statut de victime

Concernant le débat sur l'imprescriptibilité, "c'est un débat qui mérite vraiment d'être posé, car pour moi l'inceste est un crime contre l'humanité, contre-nature" a continué la psychologue. "On ne peut pas éluder le débat" a confirmé Jean-Pierre Rosenczveig. "Il faut penser au droit de la victime d'obtenir justice, mais il faut aussi penser à ce que quelqu'un d'innocent ne soit pas condamné à tort sur la base d'allégations déplacées" avant de poursuivre : "Des démarches intéressantes existent : si l'action publique est prescrite, ou l'auteur décédé, il peut quand même y avoir matière à enquête, pour reconnaître la condition de victime".

"Il est essentiel que la victime puisse, par le corps social, être réintégrée dans une dignité" abonde Marie-Estelle Dupont. Pour Jean-Pierre Rosenczveig, "il faut qu'il soit dit qu'un adulte n'a pas le droit d'avoir une relation sexuelle avec un enfant, ça doit être un crime. Ce n'est pas un viol, on n'est pas dans le débat sur le consentement, il faut poser l'interdit."

À lire aussi
droit des enfants
Inceste, crimes et délits sexuels... Tout savoir sur la loi pour protéger les mineurs

L'ancien président du tribunal pour enfants a fait un parallèle avec le viol conjugal, qui n'a été condamné par la cour de cassation qu'en 1995 : "On était dans l'idée, il y a vingt ans, que la femme appartenait à son mari. Aujourd'hui on est encore dans l'idée que l'enfant appartient aux adultes, il faut casser ça."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Inceste
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants