2 min de lecture Justice

Hauts-de-Seine : une mère et ses fils condamnés pour proxénétisme

Une mère et ses deux fils ont été condamnés à des peines allant de deux à trois ans de prison, pour proxénétisme et organisation de parties de poker clandestines, dans les beaux quartiers de Paris.

Le département des Hauts-de-Seine se situe entièrement dans la Métropole du Grand Paris et dans la région Île-de-France.
Le département des Hauts-de-Seine se situe entièrement dans la Métropole du Grand Paris et dans la région Île-de-France. Crédit : Capture Maps
Paul Véronique
Paul Véronique
et AFP

Une mère et ses deux fils, poursuivis pour proxénétisme mais aussi l'organisation de parties de poker clandestines, ont été condamnés vendredi à des peines allant de deux à trois ans de prison avec sursis dont six mois ferme par le tribunal correctionnel de Nanterre. La famille était poursuivie pour avoir fourni, de 2010 à 2013, des logements à des prostituées brésiliennes dans l'ouest parisien et dans plusieurs communes huppées des Hauts-de-Seine. 

Au total, les prévenus géraient une vingtaine de logements, dont la plupart étaient loués.
Des dizaines de jeunes brésiliennes ont décrit aux enquêteurs un réseau dans lequel Same et Mickaël S., aidés de leur mère, avaient endossé le costume d'agents immobiliers "particulièrement connus" dans le milieu des prostituées brésiliennes.

Pour des loyers prohibitifs allant de 1.000 à 3.000 euros, les deux frères trentenaires fournissaient une chambre ou un petit appartement à des filles qui pouvaient y exercer librement leurs activités. En échange, elles n'avaient à fournir ni papiers, ni garanties financières. Same S., le petit frère, considéré comme la cheville ouvrière de l'entreprise, a écopé de trois ans de prison dont six mois ferme et 50.000 euros d'amende.

Le procureur a souligné "l'absence de compassion" des prévenus, accusés de profiter de la situation de détresse dans laquelle se trouvaient les prostituées. Me Jérôme Hassid, avocat de Same S., a préféré parler de "relation purement commerciale entre adultes consentants". "Il n'y a pas de menaces, il n'y a pas de pression, pas de manipulation", a-t-il affirmé.

De juteuses parties de poker clandestines

À lire aussi
Willy Bardon, mis en examen pour le meurtre et le viol d'Elodie Kulik, escorté par des gendarmes. justice
Affaire Kulik : Willy Bardon fait appel de sa condamnation à 30 ans de réclusion

Il a en outre insisté sur l'absence de "trésor de guerre" retrouvé lors des perquisitions car "une partie du chiffre dégagé a été jeté en pure perte" dans l'addiction au jeu des frères S. Ces derniers, joueurs de poker invétérés, utilisaient certains de leurs appartements pour y organiser des parties de poker clandestines avec des personnes rencontrées dans les cercles de jeu parisien.

En un an, ces parties sur lesquelles ils prélevaient une "taille" leur auraient rapporté 312.000 euros d'après les enquêteurs de la Brigade de répression du banditisme. Les frères S. faisaient facilement crédit "sans pour autant faire preuve de violence (...) dans la demande de remboursement" d'après l'enquête, rendant ces parties particulièrement prisées.

Quatre autres prévenus, dont des croupiers, poursuivis dans cette affaire pour l'organisation des parties clandestines, ont eux écopé de peines allant de trois mois à un an de prison avec sursis et jusqu'à 10.000 euros d'amende.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Proxenetisme Hauts-de-Seine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants