1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Fille au pair tuée à Londres : "C'est un cauchemar", dit sa cousine
2 min de lecture

Fille au pair tuée à Londres : "C'est un cauchemar", dit sa cousine

DOCUMENT RTL - Sophie Lionnet, une jeune française de 21 ans a été tuée et brûlée. Le couple qui l'employait a été mis en examen pour meurtre.

La police britannique (illustration)
La police britannique (illustration)
Crédit : IAN KINGTON / AFP
Fille au pair tuée à Londres : "C'est un cauchemar", dit sa cousine
01:57
Vincent Serrano & Léa Stassinet

Il m'a dit : "Sophie est morte, ils me l'ont tuée". Corinne, la tante de la jeune fille au pair assassinée à Londres est sous le choc. Elle vient d'apprendre par son frère, le père de Sophie Lionnet, la mort de sa nièce. "Le problème c'est qu'on ne sait pas ce qu'il s'est passé. Sa maman l'a eu au téléphone lorsqu'elle lui a envoyé son billet de train retour et lui a dit 'Sophie, je vois bien qu'il y a un truc qui ne va pas, parle !', mais elle n'a pas voulu parler", raconte sa tante. 

La jeune fille, originaire de Saint-Julien-les-Villas près de Troyes, était jeune fille au pair au sein d'une famille franco-algérienne depuis 14 mois, où elle s'occupait de deux jeunes enfants. Son corps calciné a été découvert par la police jeudi 21 septembre, alertée par des voisins étonnés de voir une épaisse fumée noire malodorante se dégager de la propriété du couple, située dans le quartier cossu de Wimbledon. Si l'identification du corps n'a pas pu être réalisée, les enquêteurs n'ont aucun doute sur l'identité de la victime. 

Le couple qui l'employait, composé d'une Française de 34 ans et d'un Franco-Algérien de 40 ans a été inculpé pour meurtre. Ils se présenteront devant la justice mardi 26 septembre, afin de connaître la date de leur procès. Selon une voisine interrogée par Le Parisien, les deux individus "s'embrouillaient souvent. On pouvait les entendre se disputer depuis la rue. Cela ne devait pas être un appartement agréable à vivre pour les enfants et pour la nounou".

On se sent coupable de l'avoir laissée seule parmi ces barbares

Mélanie, la cousine de la victime

La cousine de Sophie Lionnet a souvent essayé de faire parler la jeune fille sur les réseaux sociaux, sans succès. Elle avouait seulement subir une forte pression de la part du couple qui l'hébergeait. "Imaginer que cela puisse lui arriver à elle, on se dit que c'est pas vrai, que c'est un cauchemar. Elle avait une joie de vivre pas possible. On se sent impuissant, coupable de ne pas avoir pu l'aider plus tôt de l'avoir laissée seule parmi ces barbares", regrette Mélanie. Aujourd'hui, c'est la colère qui domine chez sa cousine. 

À lire aussi

Le père de la jeune fille reste quant à lui muré chez lui dans le silence. Il lui avait envoyé quelques jours plus tôt son billet retour pour la France, en réponse à son mal-être. Il attend désormais de pouvoir partir à Londres récupérer le corps de Sophie Lionnet. Un hommage organisé par la famille est prévu le 1er octobre dans les rues de la capitale britannique. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/