1 min de lecture Violences conjugales

Féminicide dans le Bas-Rhin : le directeur général de la gendarmerie nationale saisit l'IGGN

Christian Rodriguez, le directeur de la gendarmerie nationale, a saisi l'IGGN (inspection générale de la gendarmerie nationale) pour éclaircir les conditions d'intervention au soir du drame.

Gendarmerie Nationale (illustration)
Gendarmerie Nationale (illustration) Crédit : PASCAL PAVANI / AFP
Photo Esther
Esther Serrajordia et AFP

La gendarmerie nationale a annoncé avoir demandé à son inspection générale, l'IGGN, d'enquêter sur les circonstances de l'intervention des gendarmes effectuée dimanche 10 novembre, à Oberhoffen-sur-Moder, lorsqu'une femme de 40 ans a été tuée de plusieurs coups de couteaux par son conjoint. 

La victime, qui souhaitait divorcer, avait déposé une main courante et une plainte contre son époux pour des faits de violence. Sa fille a déclaré qu'en dépit de ces dépôts, "personne n'a voulu nous écouter". Elle a également expliqué que sa mère l'avait appelée ce dimanche pour lui crier "à l'aide". "J'ai eu le temps d'escalader le portail, de fracturer la porte pour essayer d'entrer" et "voir ma mère se prendre le dernier coup de couteau dans la carotide. Elle s'est relevée, est venue vers moi et c'était fini".

La fille de la victime reproche le manque d'aide des forces de l'ordre et le temps qu'elles ont mis pour arriver sur place : "une demie heure à arriver" alors qu'elle, en partant de la même ville, a mis "trois minutes". "Un audit sur l'ensemble de l'intervention" a été demandé, a indiqué la gendarmerie. 

Le mari de la victime a lui été mis en examen pour "meurtre sur conjoint" et placé en détention

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violences conjugales Meurtre Gendarmerie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants