1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Fadettes du "Monde" : Philippe Courroye répond aux conclusions "déplacées" du CSM
1 min de lecture

Fadettes du "Monde" : Philippe Courroye répond aux conclusions "déplacées" du CSM

Dans une interview accordée au "Figaro", l'ancien procureur de Nanterre répond aux conclusions du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) selon lesquelles il "ne disposait pas des qualités requises pour diriger un parquet".

Philippe Courroye au tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine), le 2 septembre 2010. (archives)
Philippe Courroye au tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine), le 2 septembre 2010. (archives)
Crédit : AFP / FRED DUFOUR
La rédaction numérique de RTL & AFP

Philippe Courroye n'a pas été sanctionné par ses pairs le 28 janvier dernier. Reste que le CSM s'était montré très critique envers l'action de l'ex-procureur de Nanterre, déclarant qu'il lui était "apparu au vu de l'ensemble des éléments du dossier qui lui ont été soumis, que l'intéressé (...) ne disposait pas des qualités requises pour diriger un parquet".

La réponse de l'intéressé est venue ce samedi 22 février dans Le Figaro : Philippe Courroye y estime que la décision du CSM - suivie par la garde des Sceaux Christine Taubira - est "hors sujet et déplacée". "Cette affirmation du CSM est d'ailleurs contredite par les appréciations très élogieuses de mes supérieurs hiérarchiques pendant cinq ans", précise l'ex-procureur de l'affaire Bettencourt avant que cette dernière ne soit dépaysée à Bordeaux.

Les conclusions de l'audit d'inspection rejetées

L'ancien procureur de Nanterre et son ex-ajointe Marie-Christine Daubigney sont soupçonnés d'avoir cherché à obtenir en septembre 2010, par des moyens illégaux, les sources de deux journalistes du Monde qui travaillaient sur l'affaire. Pour ce faire, ils avaient réquisitionné leurs factures téléphoniques détaillées, les "fadettes".

"Je précise que j'ai dû, au cours de l'audience disciplinaire, répondre aux critiques d'un audit d'inspection sur le service pénal du tribunal de Nanterre, dont je rejette la méthode et les conclusions puisqu'il a été réalisé après mon départ sans que je n'ai jamais été entendu", ajoute l'ex-procureur.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/