1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Chantage contre le roi du Maroc : "Je ne suis pas celui qui propose ce deal financier", déclare Éric Laurent
2 min de lecture

Chantage contre le roi du Maroc : "Je ne suis pas celui qui propose ce deal financier", déclare Éric Laurent

REPLAY - REPLAY / INVITÉ RTL - Éric Laurent et Catherine Graciet ont été mis en examen pour "chantage" et "extorsion de fonds" contre le roi du Maroc samedi 29 août.

Éric Laurent, invité de RTL, le 31 août 2015
Éric Laurent, invité de RTL, le 31 août 2015
Crédit : Paul Guyonnet / RTL.fr
Éric Laurent : "Je ne suis pas celui qui propose ce deal financier"
11:23
"Je ne suis pas celui qui propose ce deal financier", déclare Éric Laurent
11:23
Claire Gaveau
Claire Gaveau

"Il n'y a certainement pas eu chantage". Eric Laurent campe sur ses positions et regrette "l'ampleur médiatique qui a été mis en place c'est à dire une série d'interviewes et d'entretiens. Tout le monde a commencé à parler et nous étions coupables... On a été lâchés médiatiquement"

Éric Laurent, mis en examen avec sa collègue Catherine Graciet samedi pour "chantage" et "extorsion de fonds", a affirmé au micro RTL ne pas être "celui qui propose ce deal financier" pour renoncer à un projet de livre contenant des informations supposées gênantes sur le royaume du Maroc alors que ce dernier a évoqué une "transaction privée". "J'ai manqué de prudence mais je n'imaginais pas à ce point-là qu'ils voulaient nous abattre"", s'est-il défendu.

Évoquant un "deal personnel", Éric Laurent a notamment balayé les critiques concernant son éthique journalistique : "Je n'ai pas de leçon de déontologie à recevoir (...) C'est mon ouvrage, c'est mon travail, j'ai le droit de publier ou de ne pas publier. J'en fais ce que je veux", a-t-il martelé. 

Éric Dupond-Moretti, un "délirant personnage"

"Si jamais j'avais fait chanter le roi du Maroc, avec tout ce qui a fuité dans la presse, j'aurai été ravi de publier ces éléments", a-t-il répété dénonçant les propos et l'attitude d'Éric Dupond-Moretti, l'avocat du roi du Maroc. "Il n'est même plus un citoyen français mais un courtisan marocain. Il a commencé par dire que j'avais téléphoné au palais le 23 juillet pour demander de l'argent. Je mets au défi Dupond-Moretti, délirant personnage, de trouver cet enregistrement", a déclaré le journaliste français.

À lire aussi

Le journaliste français estime notamment que son livre, cosigné avec la journaliste Catherine Graciet, pouvait faire tomber le régime chérifien. "Après tout, on n'a pas envie, quelles que soient les réserves que l'on peut avoir sur la monarchie, que s'instaure une république islamique. S'il propose une transaction, pourquoi pas", a-t-il répondu. De son côté, Catherine Graciet estime être "tombée dans un piège" dans Le Parisien alors que dans la monarchie marocaine, "c'est le Palais qui propose, qui corrompt". 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/