5 min de lecture 1er mai

1er mai : au moins 143.500 manifestants en France, des affrontements à Paris

Lors du défilé traditionnel célébrant la fête du Travail ce 1er mai à Paris, des individus encagoulés ont notamment attaqué un McDonald's et une voiture auto-école à Paris.

Des individus encagoulés ont sévi lors du défilé du 1er mai 2018 à Paris Crédits : Alain JOCARD / AFP | Date : 01/05/2018
5 >
Des individus encagoulés ont sévi lors du défilé du 1er mai 2018 à Paris Crédits : Alain JOCARD / AFP | Date : 01/05/2018
1.2000 individus cagoulés en tête du cortège du défilé du 1er mai à Paris Crédits : Thomas SAMSON / AFP | Date : 01/05/2018
Certains manifestants encagoulés ont incendié des voitures d'une auto-école à Paris, le 1er mai 2018 Crédits : Alain JOCARD / AFP | Date : 01/05/2018
Des manifestants cagoulés s'en prennent à un Mc Donald's lors du défilé du 1er mai 2018 à Paris Crédits : Alain JOCARD / AFP | Date : 01/05/2018
Des policiers mobilisés lors d'une manifestation des "gilets jaunes" Crédits : Alain JOCARD / AFP | Date : 01/05/2018
1/1
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
et Claire Gaveau

Tous les ans, des centaines de milliers de Français défilent le 1er mai à l'occasion de la fête du Travail. Tous les ans, les autorités redoublent d'efforts sécuritaires pour empêcher trop de débordements. 

À l'image du rassemblement de l'année dernière, de nombreux débordements ont été enregistrés en marge du cortège syndical. Paris n'a pas été épargné alors que 1.200 individus encagoulés ont pris position sur le pont d'Austerlitz et ont largement perturbé le défilé lancé par les syndicats CGT, Solidaires, la FSU et FO, ainsi que le syndicat étudiant l'Unef, et lycéen, UNL. 

Selon les chiffres communiqués, entre 143.500 et 210.000 personnes se sont mobilisées partout en France. Avec plus de 200.000 manifestants, la CGT a qualifié la mobilisation de "réussite" dans un communiqué.

À lire aussi
Alexandre Benalla le 16 juillet 2018 justice
Alexandre Benalla de nouveau mis en examen pour des violences le 1er mai


102 personnes étaient en garde à vue mardi soir après les dégradations commises par des militants d'ultra-gauche en marge du défilé syndical, a annoncé la préfecture de police de Paris. "276 personnes ont été interpellées mardi" en marge de la manifestation, a-t-elle précisé.

Selon un bilan provisoire à 23 heures 30, "31 commerces ont été dégradés dont deux incendiés, 6 véhicules ont été incendiés et 10 autres ont été dégradés; du mobilier urbain a également été dégradé", a-t-elle détaillé. Quatre personnes ont été blessées légèrement, dont un CRS qui a reçu un pavé dans le dos.

Suivez le défilé minute par minute

20h50 - Emmanuel Macron condamne "avec une absolue fermeté les violences" qui "ont dévoyé les cortèges du 1er mai".

19h57 - Édouard Philippe a condamné "l'irresponsabilité des discours radicaux qui encouragent de tels agissements" après les violences qui ont éclaté en marge de la manifestation du 1er mai à Paris. Dans un communiqué, le Premier ministre "condamne avec la plus grande fermeté ces violences" en saluant "le professionnalisme des forces de l'ordre" qui ont "su répondre avec maîtrise" à "des actes d'une grande violence".

19h38 - Qui sont les "Black Blocs", ces individus encagoulés et vêtus de noir qui ont perturbé le défilé du 1er mai ? Ils étaient plus de 1.200 à Paris et ont saccagé un restaurant McDonald's, une concession Renault ou encore de nombreuses voitures.

19h11 - Les manifestations du 1er Mai ont rassemblé "plus de 210.000" personnes dans toute la France, selon la CGT, qui a qualifié la mobilisation de "réussite". Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, 143.500 personnes ont participé aux défilés. 

18h52 - Selon les chiffres communiqués par le préfet de police de Paris "200 individus sont bloqués rue Buffon et 94 personnes ont déjà été déférées dans des commissariats de la ville pour entamer des poursuites."

18h47 - "Tout à fait indépendamment du cortège classique et pacifique s'est constitué en amont un autre cortège, constitué de personnes dites radicales. Au sein de ce cortège s'est glissé un groupe d'au moins 1.200 Black Blocs, ces personnes qui s'habillent de noir et se cagoulent", a rappelé le préfet de Paris annonçant que "1.500 policiers, CRS et gendarmes" étaient mobilisés".

18h40 - Michel Delpuech, le préfet de Paris, s'exprime en conférence de presse après ces débordements.

18h31 - Laurent Wauquiez, le président des Républicains, évoque les "terribles images" des manifestations. Avant de dénoncer la "faillite de l'État régalien".  

18h07 - Emmanuel Macron, en déplaçant en Australie, n'a pas encore réagi aux débordements. Mais selon les informations de BFMTV, le chef de l'État se tient "informé" des manifestations où des heurts ont éclaté.

17h45 - La situation semble rentrer dans le calme petit à petit. 6 individus ont été arrêtés et 200 sont "en cours" d'être interpellés, selon la préfecture de Paris.

17h30 - Jean-Luc Mélenchon a réagi sur Twitter. Alors que les individus se sont réunis sous des slogans d'extrême gauche, le président du groupe La France Insoumise estiment, lui, qu'il s'agit de "bandes d'extrême droite". 

"Ces milices d'extrême gauche devraient être dissoutes depuis bien longtemps", a réagi, de son côté, Marine Le Pen. "Rien n'a jamais été tenté contre eux, jamais. Cette situation est inadmissible et c'est le pouvoir qui en porte les responsabilités", a ajouté la présidente du Front national.

Le tweet de Jean-Luc Mélenchon
Le tweet de Jean-Luc Mélenchon Crédit : Capture Twitter

17h21 - 20.000 personnes se sont rassemblées, selon la préfecture de police de Paris qui a aussi dénombré 14.500 personnes hors du cortège déclaré, dont 1.200 membres de la mouvance radicale des "blacks blocs". Selon la CGT, 55.000 personnes ont participé au défilé.

17h19 - Après Gérard Collomb, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a également condamné de manière "ferme et totale les violences et dégradations en marge des manifestations". "Quand on a des convictions sincères, on manifeste à visage découvert. Ceux qui portent une cagoule sont les ennemis de la démocratie. Ils n’imposeront jamais leur loi", a-t-il déclaré dans un tweet.

17h11 - La situation s'est un peu calmée, selon les journalistes sur place. Alors que sur les quais, des voitures se retrouvent à l'arrêt ou obligées de faire demi-tour, à contre-sens.

Le parcours du défilé du 1er mai 2018
Le parcours du défilé du 1er mai 2018 Crédit : Google Maps

16h55 - Alors que les affrontements entre les forces de l'ordre et les individus encagoulés se déroulent sur le pont d'Austerlitz, les manifestants et le cortège syndical sont invités à changer d'itinéraire par la préfecture de police. Ils font alors demi-tour pour emprunter un autre chemin.

16h38 - Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, condamne "les violences et dégradations" en marge du défilé. Dans le même message posté sur les réseaux sociaux, il déclare que "out est mis en oeuvre pour faire cesser ces graves troubles à l'ordre public et appréhender les auteurs de ces actes inqualifiables".

16h23 - Alors que les casseurs ont attaqué une agence de permis de conduire et ont brûlé des véhicules, les CRS commencent à charger les responsables, notamment à l'aide de canons à eau et de tirs de gaz lacrimonège. 

16h20 - Les individus encagoulés s'en sont également pris à une concession Renault, d'après les journalistes sur place.

15h40 - Le cortège syndical est parti avec 40 minutes de retard de la place de la Bastille. 

15h30 - Sur le parcours des manifestants, 1.200 individus encagoulés et en noir ont bloqué la marche au niveau du pont d'Austerlitz. Là, le McDonald's du coin a été pris pour cible. Le mobilier notamment, des fumigènes ont également été lancés à l'intérieur du bâtiment, symbole de l'impérialisme américain. 

Ils sont rassemblés autour de banderoles comme "Premiers de cordée, premiers guillotinés" ou "Cette fois, on s'est organisé", ils criaient "Tout le monde déteste la police", "Paris, debout, soulève-toi" ou encore "Zyed, Bouna, Theo et Adama, on n'oublie pas, on pardonne pas". Deux personnes ont été interpellées et placées en garde à vue avant même le début de la manifestation. 

15h10 - Mardi matin, des milliers de personnes ont défilé dans les rues des grandes villes, en attendant une manifestation parisienne. Les participants allaient de quelques centaines à Perpignan, Auch ou Lille, à 2.700 à Nantes, 4.000 à Grenoble ou 5.500 à Lyon selon les chiffres de la police. Plusieurs milliers de personnes ont aussi manifesté à Strasbourg, Nancy ou Toulouse. 

15h00 - Bienvenue sur ce live pour suivre le défilé traditionnel du 1er mai.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
1er mai Manifestations Mac Donald's
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793230551
1er mai : au moins 143.500 manifestants en France, des affrontements à Paris
1er mai : au moins 143.500 manifestants en France, des affrontements à Paris
Lors du défilé traditionnel célébrant la fête du Travail ce 1er mai à Paris, des individus encagoulés ont notamment attaqué un McDonald's et une voiture auto-école à Paris.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/en-direct-1er-mai-le-mac-donald-s-d-austerlitz-a-paris-pris-pour-cible-7793230551
2018-05-01 16:14:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/4cZGWIm7v8AiZcjElhk5Fw/330v220-2/online/image/2018/0501/7793231657_des-individus-encagoules-ont-sevi-lors-du-defile-du-1er-mai-2018-a-paris.jpg