1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Dijon : 11 personnes renversées par un homme en voiture
1 min de lecture

Dijon : 11 personnes renversées par un homme en voiture

Onze personnes ont été renversées ce dimanche soir à Dijon, par un quadragénaire qui circulait en voiture en criant "Dieu est le plus grand" en arabe.

Un gyrophare de police (archives).
Un gyrophare de police (archives).
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Un automobiliste, probablement déséquilibré, a foncé à Dijon sur des passants au cri d'"Allahou Akbar" ce dimanche 21 décembre, blessant onze personnes au lendemain d'une attaque contre des policiers à Joué-les-Tours également par un homme criant "Dieu est le plus grand" en arabe.

"L'homme, né en 1974, présente le profil d'un déséquilibré et serait suivi en hôpital psychiatrique", a déclaré une source proche de l'enquête. Selon elle, les revendications de l'agresseur de Dijon "semblent encore floues". Ce quadragénaire, connu de la police pour des faits de droit commun, a été interpellé.

Vers 20 heures, dans le centre-ville, il a foncé à cinq endroits différents sur des passants, au volant d'une Clio. La scène a duré près d'une demi-heure. "Neuf personnes ont été légèrement blessées et deux autres sérieusement mais leur pronostic vital ne semble pas engagé", a expliqué une des sources.

Similarité avec l'agression de Joué-lès-Tours

Selon les témoignages recueillis par la police, "l'homme a crié 'Allahou Akbar' et a dit avoir agi pour les enfants de Palestine", a ajouté une source proche de l'enquête. Des témoins ont décrit un homme portant une djellaba, selon une source policière.

À lire aussi

C'est au même cri d'"Allahou Akbar" qu'un jeune d'une vingtaine d'années au physique athlétique a attaqué samedi après-midi au couteau des policiers du commissariat de Joué-lès-Tours, en Indre-et-Loire, blessant trois d'entre eux avant d'être abattu par les forces de l'ordre.

Ce dimanche soir sur TF1, Bernard Cazeneuve a estimé que l'agresseur de Joué-lès-Tours, qui avait choisi le prénom de Bilâl depuis sa conversion, semblait "à la fois très mystérieux et très déstabilisé, peut-être aussi par des circonstances familiales". "L'enquête révélera quel était son état psychologique", a souligné le ministre.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/