1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Crack dans le métro à Paris : certains conducteurs ne marquent plus l'arrêt
1 min de lecture

Crack dans le métro à Paris : certains conducteurs ne marquent plus l'arrêt

L'omniprésence des dealers et toxicomanes dans certaines stations de métro du nord-est de Paris, pousse certains conducteurs à ne plus marquer l'arrêt, par mesure de sécurité.

Un métro à la station Barbès, à Paris (illustration)
Un métro à la station Barbès, à Paris (illustration)
Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP
Crack dans le métro à Paris : certains conducteurs ne marquent plus l'arrêt
01:17
Alice Moreno & La rédaction numérique de RTL

Des conducteurs du métro parisien ne marquent plus l'arrêt à certaines stations, en raison de la présence de fumeurs de crack. Dealers et toxicomanes sont parfois omniprésents dans le nord-est de la capitale sur les lignes 12 et 4. Alors pour protéger les voyageurs et se protéger eux-mêmes, certains conducteurs préfèrent parfois ne pas s'arrêter.

Depuis plusieurs mois, les phénomènes de violence liés aux dealers et aux toxicomanes seraient de plus en plus fréquents dans certaines stations de métro, affirme le syndicat Unsa de la RATP. Parmi les stations les plus difficiles, celle de Marx Dormoy et de Marcadet - Poissonniers, dans le nord-est parisien.

Un risque important pour les conducteurs des lignes 4 et 12, selon Jean-Marc Judith, délégué syndical à la RATP. "Entre les rixes qu'il peut y avoir sur les quais, qui se terminent parfois directement dans la rame, ou des traversées de voie, vous pouvez en percuter un, ou l'écraser. Avec toutes les conséquences en matière de police, ou psychologique, qu'il peut y avoir pour les conducteurs", déplore-t-il au micro de RTL.

Des risques pour les voyageurs

De fait certains conducteurs ont décidé de ne plus marquer l'arrêt. Ce n'est pas une consigne officielle, mais des initiatives personnelles. L'Unsa alerte aussi sur les risques engendrés par cette situation pour les voyageurs. Elle organise d'ailleurs une table ronde axée sur la sécurité vendredi 19 janvier. Une convention a aussi été signée entre la RATP, la préfecture et la mission de lutte interministérielle contre la toxicomanie, pour tenter de trouver des solutions à long terme.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/